Almaran'daëlin

Almaran'daëlin est un monde peuplé d'innombrables créatures. Des elfes, des vampires, des humains, des sirènes...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tribulations en terre inconnue (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Edouard Gray
Farfadet
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/06/2008
Age : 29
Localisation : Sur la route de Kervael

MessageSujet: Tribulations en terre inconnue (libre)   Jeu 12 Juin - 23:05

Sous le vaste ciel étoilé, un voyageur solitaire marchait sans conviction au milieu des bocages inquiétants.
Edouard Gray quittait la ville où il avait vécu tant d'années pour une destination totalement arbitraire : Kervael.
Le pays qui l'avait vu naître mais dont, pourtant, il ne gardait aucun souvenir...
Après toutes ces années, il lui semblait que sa précieuse mémoire l'abandonnait peu à peu...
Par exemple, le commencement de son existence demeurait un réel mystère et il en ignorait le pourquoi du comment...
Oui, mille questions en pagaille venaient affoler son esprit affairé.
Comment était-il venu au monde et surtout, ses parents biologiques...
Qui étaient-ils ?
D'un point de vue humain, Edouard se faisait extraordinairement vieux alors cela n'avait rien d'étonnant, qu'il soit un peu gâteux mais de là à oublier ses propres parents, ceux à qui il devait tout ?!


* Je n'aime pas ça... Cela me semble louche ! *

Le Farfadet se figea au milieu du sentier et plongea ses yeux gris dans l'encre cosmique. Les deux lunes paraissaient jouer de leur éclat pour attirer son attention mais il restait distrait, complètement absorbé par ses tristes pensées.
Son pâle visage paraissait à moitié endormi dans les lentes ténèbres et il se mit à parler à voix haute :


- C'est sûrement mieux ainsi...
Ces gens devaient être de parfaites enflures, ce qui explique pourquoi je ne m'en souviens pas.


Le jeune homme sourit puis reprit la marche d'un pas assuré.
Il ne devait plus s'occuper de ça, là où il allait l'attendait un avenir et non plus un passé.
Néanmoins, une partie de son esprit restait préoccupée par cette question viscérale.
Edouard ne l'avouerait jamais mais il avait besoin de ses racines, de savoir qu'il n'était pas seul sur terre et que d'autres, doués des même pouvoirs partageaient la même nature que lui...
Soudain, alors qu'il parvenait au sommet d'une colline, son flair exercé de chasseur le mit en alerte.
Le Farfadet sentait quelque chose : une odeur étrange dont l'heureux propriétaire devait être à deux pas...
Hostile à ce parfum ? Ne soyons pas parano !
Dissimulé dans la cime d'un frêne robuste et l'arbalette dans la main, Edouard attendait de voir à qui il appartenait....
Revenir en haut Aller en bas
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Ven 13 Juin - 23:37

Dans le ciel d'un noir d'encre, les étoiles apparaissaient comme une multitude d'étincelles. Les deux lunes brillaient d'un éclat laiteux, et arrosaient toute la campagne de cette lueur blafarde. Sous les cieux, bien plus bas, la rosée apparaissait sur les brins d'herbe, et les collines projetaient une ombre indéfinie sur leurs semblables. Le paysage était magique, il respirait la pureté et le calme de la nuit. C'est du moins ainsi que le ressentait Neyrelle, debout près d'un grand arbre, seule au milieu de l'obscurité.

Elle avait galopé des heures durant en compagnie de Lae. Rien à ses yeux n'égalait le plaisir que lui procurait ces escapades entre les collines d'Aldan. Dans ces moements, elle se sentait libre, sauvage et farouche, hors du temps. Elle oubliait toutes ses préocupations, ne se consacrait qu'à sa chevauchée, au vent qui fouettait son visage. Elle riait aux éclats, se laissait emporter par l'ivresse de la vitesse, par le galop de sa jument. Ce jour là, elle était sortie de l'écurie alors que le soir s'achevait, que la lumière déclinait. La nuit était maintenant pleine, avec sa fraicheur et son silence. Neyrelle avait laissé sa jument près d'un bosquet d'arbres, désirant marcher un peu avant de rentrer.

Elle n'avait pas fait 100 mètres qu'elle "ressentit" un sentiment flou, qui ne pouvait provenir que d'un être doué de pensée. Neyrelle ne captait pas les émotions des animaux, bien qu'elle fut persuadée qu'ils étaient capables de penser, eux aussi. A leur manière. Avant qu'elle puisse l'analyser, la comprendre, la sensation s'évanouit, aussi rapideent qu'elle était venue. Neyrelle ne comprenait pas bien cette faculté qu'elle avait d'entendre certaines émotions. Elle ne comprenait pas d'où celà lui venait, pourquoi, depuis quand...Celà l'avait toujours beaucoup intriguée. Elle avait renoncé à chercher. Elle s'accomodait de ces sensations étrangères qui lui parvenaient de temps à autre.

Elle fit encore quelques metres, quand soudain, l'impression revint, fugace. Cette fois, Neyrelle l'attrapa au vol. De la méfiance. Il y avait quelqu'un dans les environs, qui devait être quelqu'un de très prudent. Neyrelle sourit, puis continua à marcher. Si inconnu il y avait, il était invisible. Et pourtant...Au détour d'un chemin, elle passa devant un arbre, un frêne. Jusque là, rien de très inquietant. Un infime mouvement, quelque part au dessus d'elle, mit tous ses sens en alerte. Elle faillit appeler Lae, puis se ravisa. Elle pouvait se défendre elle aussi. Et on ne faisait pas que des mauvaises rencontres, au contraire. Malgré tout troublée par cette présence qu'elle savait existante, mais dont elle ne discernait pas la forme, elle ralentit un peu,se retournant fréquemment. Elle s'arrêta totalement lorqu'elle entendit une voix dans son dos...
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Edouard Gray
Farfadet
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/06/2008
Age : 29
Localisation : Sur la route de Kervael

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Dim 15 Juin - 16:02

- Tu pues le poisson ! Lança laconiquement le Farfadet.

Dans un admirable effort d'esthétisme, Edouard venait d'atterrir avec souplesse sur le sol après avoir effectué un grandiose saut périlleux.
Le jeune homme avait toute la grâce d'un funambule sur le fil du grand jour et adressa à la jeune fille un sourire de prince charmant.
Il se redressa de toute sa hauteur et croisa les bras sur son arbalète dissimulée dans son dos.
Pendant qu'il dévisageait sans aucune gêne son interlocutrice, une lueur malicieuse dansait dans ses yeux argentés.
En effet, Edouard Gray était méchamment sarcastique et son orgueil l'empêchait de s'incliner même devant ce qui était beau.
Ses blagues coutumières pouvaient se transformer aussi bien en gentille plaisanterie qu'en jeu cruel.

Toutefois, à cet instant précis il se sentait un peu perdu.
Tout ce qu'il ne connaissait pas, l'inconnu lui faisait peur et il se sentait comme écrasé par l'immensité du ciel, marchant sur une terre dont les limites le fuyaient à chaque pas, annhilant ainsi toute certitude de retrouver ses origines.
Ce tas de questions qui envahissaient son esprit faisaient diversion et rendaient celui-ci moins incisif.
Le Farfadet observait la jeune fille, ses yeux de saphir à l'éclat si intense, ses cheveux d'argent et son teint pâle, une peau presque bleutée.
La vision d'un immense océan turquoise, celui qu'il ne connaissait qu'en contes et en chansons s'imposa à lui comme un mirage et il fixa ses mains.
Des mains blanches aux doigts effilés, quasiment squelettiques mais dont les deux paumes étaient couvertes de terre.

Oui, cette étrange apparition lui rappelait les lacs de Kervael mais surtout, c'était une perle, une perle de la Mer.
Edouard releva les yeux, silencieux, une esquisse de sourire espiègle au coin des lèvres et réfléchit à sa prochaine réplique foireuse.
Bien sûr, c'était puéril comme comportement, le jeune homme le savait mais il agissait ainsi depuis toujours... Difficile de se débarrasser d'une vieille habitude, surtout quand celle-ci permettait de mettre du piment dans sa vie et de se bidonner comme un taré !...


Tu sens la mer, toi...
Tu ne te serais tout de même pas échouée comme une vieille méduse ?


Les yeux rivés sur elle avec un regard franc, il lui parlait d'un ton badin, d'une manière complètement familière, comme s'il la connaissait depuis toujours alors que quand bien même, ils n'avaient pas gardé les vaches ensemble...
N'importe quel individu voyant Edouard Gray pour la première fois l'aurait trouvé distingué, d'une modestie frisant la timidité mais tout cela avant qu'il n'ouvre la bouche, bien entendu...
Edouard jouissait de son innocente apparence avec gaminerie, s'émerveillant de pouvoir manipuler ses pairs avec une telle aisance.
Effectivement, les apparences se révélaient souvent trompeuses mais c'était si amusant, de pouvoir jouer derrière un masque indécelable et d'emprisonner les gens dans un miroir avec un simple reflet
!
Revenir en haut Aller en bas
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Dim 15 Juin - 17:06

Derrière elle, une voix moqueuse à souhait lui lança:

-Tu pues le poisson!

Hésitant entre le sourire et le froncement de sourcils, Neyrelle se retourna. En face d'elle se tenait un jeune homme qui parraissait avoir à peu près le même âge qu'elle, les cheveux chatains clair et les yeux d'un gris etonnant. Non, pas gris. Argentés. Ses yeux la détaillaient sans la moindre gêne, et son visage s'éclairait d'un sourire aussi charmeur que moqueur. Les mains derrière le dos, il semblait cacher quelque chose. Neyrelle choisit de sourire, de le prendre à la légère. Inutile de se facher avec le premier inconnu qui se montrait simplement sarcastique...

Puisqu'il l'observait sans relâche, elle décida de faire pareil. Des pieds à la tête, elle le détailla, sans être provoquante, mais pas très discrètement non plus. Elle vit la grâce qui s'en dégageait, les vêtements un peu usés...Elle regarda son visage harmonieux, qui affichait une expression ironique, elle, provoquante par contre. Mais, plongeant dans les yeux argentés de son interlocuteur, elle devina le doute, et un trouble causé en partie par... Par peut-être le fait qu'il ne se sente pas à l'aise entre ces collines sombres. Peut-être aussi par elle, puisqu'il ne cessait de l'observer. Oui, il parraissait troublé. A un moment, il baissa le regard sur ses mains, et Neyrelle entrevit ses paumes, tachées de terre. Il avait des mains très fines, presque osseuses, et blanches, aussi.

Il parut reprendre contenance, puis une lueur espiegle apparut sur son visage. Il sourit légèrement, parut réfléchir, puis lança quelques phrases, toujours sur la même idée de provoquer celle qu'il avait en face de lui. Une vieille méduse? A à peine plus de 20 ans, peut être pas encore...Neyrelle sourit à son tour, amusée. Elle entra dans son jeu, à son tour moqueuse.

-Et toi? Tu ne serais pas tombé sur Aldan comme un vieux fruit trop mur? Je sens d'ici l'odeur des forêts de Kervael...ou plutot celle de certains champignons fort peu agréables!

Lança t-elle, en guisse de réponse. Le sourire aux lèvres, elle fit quelques pas dans sa direction, s'arrêta lorsqu'elle ne fut plus qu'à un mètre de lui. Il lui plaisait bien, ce garçon. D'apparence courtois et timide, il devenait espiegle et extraverti dés qu'il ourait la bouche...Le ton familier qu'il employait était celui qu'on prend quand on parle avec un ami de longue date, pas avec une jeune femme à peine entrevue! Neyrelle, loin de s'en formaliser, apréciait cette verve que montrait le jeune homme.

A force de l'observer, pas de doutes, il n'était pas d'ici. Neyrelle pouvait même deviner plus précisément qu'il venait du Sud-Ouest, de Kervael. A cet air d'habitué des bois, de trappeur, à ces mains pleines de terre...Lorsqu'elle lui avait répondu, elle n'avait pas vraiment réfléchit, juste laissé venir ce qui lui passait pas la tête. Maintenant, elle se rendait compte que sa première idée était peut-être la bonne. D'ailleurs, elle en était presque sûre. Et ça valait mieux pour elle, car elle ne ferait pas bonne figure, à se tromper en voulant répliquer quelque chose! Elle décida de prendre les devants, de poser quelques questions...

-Aimables présentations...à qui ai-je l'honneur?

Son ton était bien sûr ironique, et elle souriait toujours, même si son sourire avait changé. De moqueur, il était passé à sincère, presque charmeur. Avec une nuance d'ironie tout de même, elle n'allait pas lui accorder un sourire confiant sans même connaitre son nom!
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Edouard Gray
Farfadet
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/06/2008
Age : 29
Localisation : Sur la route de Kervael

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Lun 16 Juin - 16:26

Sur le coup, Edouard resta stupéfait avec la désagréable impression d'avoir reçu un seau d'eau glacée en pleine face.
Le Farfadet soupira d'un air las, presque exagéré. Il s'attendait bien sûr à ce que sa charmante adversaire réplique mais pas aussi promptement et avec un tel sang-froid...
Ses pupilles étincelantes scintillaient comme deux miroirs, il paraissait osciller entre deux modes d'expression quasiment opposés.
Un bref instant, il songea à se battre pour sauver l'honneur mais il n'aimait pas particulièrement la violence, la force brute dépourvue d'esthétisme.
Ce qu'il préférait, c'étaient des armes plus subtiles tels que les poisons et les antidotes, pour les mauvaises blagues ou le chantage.

Alors qu'il se remémorait avec tendresse ses expériences passées, son opalescent visage se fendit d'un sourire malsain.
Avec une lenteur calculée, le jeune homme retira la sangle de son arbalète dissimulée dans son dos et joua un moment à la balancer à bout de bras, pareil à un pendule d'apocalypse puis il la jeta sans ménagement sur le bord du chemin.
Levant les yeux vers la jeune fille, il sembla la fixer avec sérieux avant d'éclater de rire.
Vu de loin, la scène devait ressembler à une banale discussion entre amis mais qui aurait pu deviner la pression qui y subsistait ?
Il s'agissait en vérité d'un combat d'esprit, chacun en quête de la réplique fatale...

Edouard, toujours plié en deux, peinait à retrouvait son calme.
Voilà des années qu'il n'avait pas autant ri.
La dernière fois fois, c'était quand ce pédant de Peter, le fils de l'aubergiste, avait dérapé sur une plaque de verglas en plein jour de marché...
Le jeune homme jeta un oeil à son arbalète en souriant.
Se battre aurait dévoilé une faiblesse, une susceptibilité ridicule.
Edouard effectua une gracieuse courbette, imitant à la perfection tout les bourgeois qu'il avait eu l'occasion d'observer dans sa modeste vie et avec qui il avait eu la joie de faire d'excellentes affaires en matière d'empoisonnement.
Son éternel sourire aux lèvres, il rétorqua tranquillement :


- En effet, Edouard Gray de Kervael...


Face à son interlocutrice, l'expression de son visage ne traduisait aucune politesse, simplement la plus parfaite insolence.
Il était en réalité amusé par la perspicacité et le doigté dont elle faisait preuve.
Le comble, c'est qu'il ne pouvait s'empêcher de ressentir de la sympathie à son égard alors qu'il s'était pourtant juré de ne plus avoir d'affinités avec les autres.
Il ne pouvait oublier la manière dont les humains l'avaient traité et jamais il ne leur pardonnerait.
Paisiblement, Edouard contemplait la demoiselle d'un air songeur et inclina la tête comme s'il cherchait à la voir sous un autre angle.
Elle non plus n'était pas du coin ou alors, il n'avait pas les yeux en face des trous...

A qui ai-je l'honneur ? Reprit-il joyeusement avec la même formulation, profitant ainsi de l'occasion pour parodier la jeune fille...
Revenir en haut Aller en bas
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Ven 20 Juin - 22:18

Le sourire ironique toujours accroché à ses lèvres, neyrelle attendit la réaction du jeune homme qui lui faisait face. Un bref instant, il parut presque choqué, momentanément immobilisé par une réplique à laquelle il ne s'attendait pas. Puis, semblant se contrôler, il laissa échapper un long soupir exaspéré, qui aurait pu paraître fatigué, mais que Neyrelle devina légèrement exagéré, parfaitement calculé...Celui là avait l'habitude de ce genre de joutes orales...Cela se voyait dans son attitude, transparaissait dans chacunes de ses paroles. Le doute, néanmoins, avait regagné son regard. Apparement, il ne savait pas quel comportement adopter...Sous ses yeux brillants, sa bouche d'étira en un large sourire que l'on aurait pu croire chaleureux s'il n'y apparaissait cet air de malice...

Neyrelle ressentit une breve inquietude en le voyant enlever lentement la sangle de l'arbalette qu'il tenait cachée derrièrre lui. Puis, finalement, toujours avec cette lenteur exaspérante, il la jeta sans y faire plus attention, sur le bord du chemin, à côté de lui. Après ça, il leva le regard vers Neyrelle, planta ses yeux dans les siens d'un air on ne peut plus sérieux... Et éclata de rire! le plus surprenant, c'est que ça n'était pas un rire moqueur..c'était même un rire si sincère que son auteur était plié en deux, et avait bien du mal à se contenir...Ce devait être contagieux. Ou communicatif. Ou les deux. En tous les cas, Neyrelle fut bientot gagnée par une vague d'hilarité qu'elle ne parvint pas à juguler...elle éclata d'un rire sonore. Les larmes aux yeux, elle se tenait les côtes, manquait de s'étaler par terre. Toute la tension accumulée au cours des dernières répliques, pourtant peu nombreuses, retombait, ou plutot se relachait.

Le jeune homme s'arrêta tant bien que mal de pouffer de rire, et ne garda qu'un sourire en direction de son arbalette, sagement étalée sur le sentier. Sourire qui se fit ironique lorsque son auteur se fendit en une gracieuse révérence, parfaitement executée, qui témoignait soit d'un bel entrainement, soit d'heures passées à observer ceux qui en offraient à tout bout de champs...A ses mots, Neyrelle eut la certitude qu'elle ne s'était pas trompée. Edouard Grey, de Kervael... Ses paroles, dans un autre contexte, auraient pu être parfaitement correctes, et même assez distinguée, polies. Ici, sous les lunes d'Aldan, à côté d'un grand arbre et après les quelques mots fort sympathiques qu'ils avaient échangé, le dénommé Edouard n'aurait pu paraître plus impertinent, plus insolent...

De loin, les deux personnes devaient ressembler à deux amis discutant tranquillement. Si on s'approchait un peu plus, on aurait sans doute vu une certaine antipathie flotter entre eux. Mais il fallait être au coeur de l'histoire pour voir qu'ils s'appréciaient mutuellement. Neyrelle aimait la spontanéité de son adversaire du moment, et son humour. Lui, derrière son masque d'eternel gamin insensible, était heureux d'avoir en face de lui quelqu'un qui rentrait dans son jeu, et ne prenait pas la mouche à la première de ses moqueries, devina Neyrelle. Elle ne "ressentait" plus la méfiance du début. Maintenant, une vague onde de complicité mêlée d'un début de sympathie lui parvenait par moments. Très léger, mais présent tout de même.
En face, Edouard pencha légèrement la tête de côté, comme pour mieux l'observer. Reprenant ses mots, il demanda d'une voix amusée:

-A qui ai-je l'honneur?

Décidemment, il n'en ratait pas une...Elle lui répondit d'une voix douce, mais où perçait une touche d'amusement. Il lui avait dit son nom, ses origines...pourquoi lui refuser les siennes?

-Neyrelle Tann'Seï, du Grand océan oriental...comme tu l'avais deviné, je suppose. Et, tu vois, en fait d'une vieille méduse, je serais plutot une jeune sirène, espèce d'ignare!

Fit elle, mimant de lui mettre une bonne claque sur ces derniers mots. Elle arrêta sa main juste à un centimètres de sa joue, et l'effleura doucement, une expression provoquante sur le visage. Après ça, elle se campa sur ses jambes, les mains sur les hanches, le sourire aux lèvres.

_________________

L'Innocence voudrait bien aimer tout le monde, Tyrannie, Avidité, et Mort. Une vraie chieuse!
Merci à Bourgeon, dessinateur de talent, pour le prénom de ma sirène.
Puissent les mers et leurs étoiles vous protéger...
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Edouard Gray
Farfadet
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/06/2008
Age : 29
Localisation : Sur la route de Kervael

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Lun 23 Juin - 0:24

Immobile face au vent du Nord, le jeune homme semblait s'être transformé en une statue de glace qui ne laissait traverser aucun rayon de joie.
Comme derrière un mur de givre, Edouard l'avait vue avancer vers lui mais il n'avait pas bougé, imperturbable, songeant que si elle lui flanquait une baffe, il lui rendrait la pareille en triple.
Probablement trop sûr de lui, le Farfadet n'aurait jamais pensé que quelqu'un puisse l'atteindre, non seulement physiquement mais aussi mentalement.
Lui qui s'attendait à une baffe, au lieu de ça, il avait senti une furtive caresse.
Depuis leur rencontre, son orgueil n'avait jamais été mis à mal, à ce point !
Son regard étincelant avait alors croisé le sien d'un bleu azur alors qu'elle l'observait sans aucune gêne, en souriant même.
A cet instant précis, il aurait souhaité mille fois dans son âme que Neyrelle Tann' Seï ne soit qu'une vieille méduse.

Sous les pâles rayons d'argent, Edouard sentit une vague de ressentiment l'envahir, pareille à un bûcher ardent qui le dévorait de l'intérieur.
Il avait eu la détestable sensation d'assister à une tragédie en direct, totalement impuissant et dans l'attente du destin. Il n'avait rien pu faire.
Tout s'était ralenti dans cette scène figée, de leur rencontre jusqu'à cette limite.
Elle avait simplement eu un pas à faire, un seul geste pour remettre les choses à leur place et le temps s'était accéléré, pareil à un odieux manège.
Lui ne pouvait qu'essayer de se retourner pour constater les débris de son amour-propre, les fondations de sa ville devenue ruine.

Le détestait t-elle à ce point ? Ou alors était-ce seulement lui qui l'avait laissé faire ?
Sa tête s'affaissa lentement sur son buste et il murmura sombrement, sous le rideau de ses cheveux blonds :

- Tu m'as eu par surprise. Ce n'est pas juste.

Le jeune homme fit un pas en direction de son arbalète et se pencha à peine pour la récupérer du bout de ses doigts longilignes.
Fuyant inexorablement le regard de la demoiselle, il balança son arme sur son épaule et tourna brusquement les talons pour reprendre la route.
Parfois, Edouard se demandait s'il n'avait pas accompli ce long et périlleux voyage par peur d'affronter la réalité et toutes les vérités de ce monde.
Il savait qu'il devait arrêter de fuir et de se cacher comme un enfant mais il ne voulait pas. Les responsabilités n'étaient pas pour lui, tout comme la défaite et le pardon.
Il resterait un éternel enfant-Roi, celui auquel on ne refusait rien et qui ne pouvait pas perdre. L'enfant qu'on avait aimé, demeurant à ses parents adoptifs pour toujours.

Se figeant au milieu du chemin, Edouard leva les yeux vers les deux lunes qui le veillaient. Décidément, elles l'inspiraient, ces deux mères et il pressentait qu'il aurait beaucoup de choses à leur dire, plus tard.
Le Farfadet se retourna lentement, plantant son regard métallique dans celui de la jeune fille.

Neyrelle Tann' Seï... Dit-il d'une voix paisible.
Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à te rabattre le caquet ?

Les mots étaient sortis d'eux-même, avant qu'il n'ait pris le temps de réfléchir à ses paroles et il ne put que se maudire dans le silence qui s'instaura.
C'était un duel psychologique.
Dire cela revenait à admettre qu'il l'avait perdu...
Revenir en haut Aller en bas
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Sam 23 Aoû - 15:42

Dés l'instant où ses doigts quittèrent la joue pâle du farfadet, Neyrelle le vit se figer, pâlir encore plus si c'était possible. Elle souriante, attendit une réaction un peu plus..marquée. Il croisa son regard, puis doucement, baissa la tête. Ou plutot la laissa retomber, comme vaincu. Neyrelle s'attendit à le voir faire, ou répliquer quelque chose, n'importe quoi...mais pas à le voir se taire et rester plus immobile qu'une statue de givre. Son sourire s'atténua un peu, son regard se fit interrogateur. Mais Edouard Grey ne daigna pas relever la tête, et ne semblait pas devoir bouger avant quelques siècles...Contrairement à d'habitude, Neyrelle ne percevait strictement rien de ce qui se passait sous ce rideau de cheveux clairs. Elle pouvait seulement attendre que quelque chose bouge, change dans la statue qui lui faisait face.

Sans relever la tête, Edouard laissa echapper quelques mots, mornes, sombres:

-Tu m'as eu par surprise. Ce n'est pas juste.

Neyrelle ecarquilla les yeux, plus qu'étonnée. Un simple effleurement, et son adversaire sortait le drapeau blanc? Elle l'avais cru beaucoup plus...tenace! Et voilà qu'au bout de quelques répliques seulement, il s'avouait vaincu! Il était vrai que Neyrelle avait un peu triché...mais elle ne s'attendait pas à cette réaction, loin de là! Elle se remit à sourire devant la mine abattue du farfadet. Sans rien faire, rien dire, il reprit son arbalette, qu'il avait laissé choir au bord du chemin. Puis soudain rapide, il se retourna, et fit quelques pas sur le sentier. Tout ça en évitant obstinément de regarder vers la jeune sirène.

Finalement, il pivota, lentement, et la fixa de son regard d'argent. Lorqu'il parla, sa voix était tranquille, posée.

-Neyrelle Tann'Seï...Pourquoi est ce que je n'arrive pas à te rabattre le caquet?


Un long silence s'installa. Neyrelle le contempla longuement, hésitant sur la conduite à adopter. Devait elle le laisser partir, lui foutre la paix? Lui courrir après, ne pas perdre l'amitié qu'elle avait seulement entrevue? Elle se dit que la première solution serait plus facile, mais plus bête, aussi. Après tout, c'était de sa faute s'il avait l'air si triste. Un peu trop, même. C'était tellement...bizarre, que Neyrelle s'attendait presque à le voir se retourner, revenir, lui flanquer une bonne claque et éclater de rire...Mais non, il lui tournait toujours le dos, apparement reparti sur sa route, en enfant éternel et à l'orgueil ébranlé. Neyrelle pensa que si elle ne faisait rien, il mettrait toute son energie à oublier cet intermède, à l'oublier elle en même temps, d'ailleurs. Sans qu'elle sache exactement pourquoi, Neyrelle ne voulait pas que ça arrive. D'ailleurs, elle repoussa cette éventualité sitôt qu'elle pointa le bout de son nez dans le tourbillon de ses pensées. Non, pas question!

Sans plus reflechir, elle s'élança vers Edouard, qui était repati, le ratrappa en quelques enjambées, et vint se placer devant lui, lui coupant la route. Elle le prit franchement par les épaules, le secoua un peu.

-Hé, quoi! Tu ne vas pas partir comme ça!? Ce n'est pas possible, j'suis pas d'accord, moi! C'est normal de perdre de temps en temps, ce n'est pas si terrible! Et puis...tu ne vas pas te laisser avoir par une simple sirène, si?


Neyrelle grimaça en prononçant ces derniers mots. C'était bien pour lui qu'elle disait ça, elle était fière d'être une des habitants du Grand Océan, qui tendait à lui manquer de plus en plus ces temps ci...Elle chassa la vague de nostalgie qui l'assaillait lorsqu'elle pensait à son "pays" natal, et planta son regard bleu...océan dans les yeux gris argentés de celui dont elle serrait sans ménagement les épaules. Et puis quoi, encore, il n'allait pas partir comme ça, hé!
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Edouard Gray
Farfadet
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/06/2008
Age : 29
Localisation : Sur la route de Kervael

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Lun 25 Aoû - 12:48

Il avait repris la route, d'un pas tranquille, sans vraiment se presser et même s'il marchait vite par nature, Edouard Gray ne voulait pas qu'on assimile cela à une fuite.
Alors lorsque la jeune sirène l'avait rattrapé au détour du sentier, il s'était contenté d'un juron puis la stupéfaction l'avait brusquement envahi.
Cette fille, qui le secouait sans ménagement en lui dispensant une morale enfantine, venait de lui courir après. Et pour lui confirmer qu'il avait perdu...

* Remarque, il y a pire comme défaite...*

Comme le jeune homme se surprenait à penser cela, il se détourna, gêné et secoua la tête avec exaspération.
Il n'était pas humain. Les impressions, les sentiments, tout ça... Ce n'était pas pour lui et malgré le fait qu'il se sentait étrangement touché par le comportement de la belle, il refusait de l'admettre.
Pendant un moment, il essaya de lire dans son regard des choses cachées, en vain.
Il lui semblait totalement improbable qu'une telle force émane de cette personne qui paraissait si fragile, au premier abord.
Il haïssait ces apparences trompeuses autant qu'elles le fascinaient.
Edouard ne comprenait pas ce qu'il ressentait mais il fallait qu'il se ressaisisse et au plus vite.
Un étrange sourire se dessina sur ses lèvres et il observa la jeune fille.
Le Farfadet se dégagea de son emprise avec une apparente quiétude alors qu'en vérité, il brûlait de broyer ces mains délicates qui l'enserraient.
Puis d'un air faussement chaleureux, il rétorqua :

- ça va, merci...

Soudain, il s'aperçut que Neyrelle Tann'Seï n'avait rien alors qu'elle l'avait insulté... C'était sûrement la seule personne qui pourrait se vanter de l'avoir provoqué sans en payer les frais.
Perplexe, Edouard s'était plongé dans une de ses réflexions si habituelles quand une idée lui traversa l'esprit.
Dans ses prunelles lunaires, la sinistre lueur de malice scintillait de nouveau, simple présage de ses intentions.
Alors, le regard aussi implacable qu'une lame d'argent, Edouard Gray se pencha et prit la jeune fille dans ses bras.
Il sentait distinctement son parfum à présent, qui lui parvenait par douces effluves derrière ses cheveux d'écume.
Ce n'était pas si désagréable que cela, à vrai-dire et il trouvait ironique que ce soit celle qu'il considérait comme sa meilleure ennemie.
Il aurait pu rire des heures de cette farce qu'était la vie, de cette douceur paradoxale.
Comme il lui tapait gentiment dans le dos, il reprit d'un ton indolent :

Maintenant nous sommes quittes...

Edouard se retira brusquement et adressa un sourire candide à la demoiselle.
Ses mains, toujours aussi sales, presque boueuses...
Sur le coup, le jeune homme eut du mal à feindre l'innocence et une lumière de malice éclaira son visage aussi pâle que la Mort.
Il avait décidé que Neyrelle survivrait à cette rencontre mais elle en garderait un éternel souvenir indélébile, qui la poursuivrait comme une ombre sur les chemins, perpétuellement dans son dos.
Afin de ne pas se trahir, le Farfadet fit mine de regarder ailleurs mais il ne pouvait s'empêcher de se féliciter intérieurement de cette magnifique trace de main et il ne s'en lassait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Mer 24 Sep - 18:07

[désolée, j'suis super en r'tard, et en plus c'est nul...]

Toujours agripée à ses épaules même si elle ne les secouait plus, Neyrelle observa Edouard avec intensité, attendant de le voir réagir. Il détourna la tête avec exaspération. Neyrelle, rassurée en même temps qu'amusée, était sûre d'avoir perçut sur son visage une expression gênée, qu'il s'était empressé de faire disparaitre, laissant place à son habituelle moue hautaine. Il semblait troublé, comme s'il hésitait sur la conduite à tenir. Puis, il la fixa de ses yeux d'argent. Un regard perçant, comme pour essayer de deviner ce qu'elle pensait. Mais rien de lisible n'emanait des prunelles de la jeune sirène. Et pour cause, elle savait depuis longtemps, si c'était necessaire, interdire à la moindre emotion d'apparaitre sur son visage. Enfin...desfois, ça ratait un peu, quand même. Mais là, coup de bol, elle demeura aussi fermée qu'une huitre.

Le farfadet l'observait toujours. Mais peut être pas de la même manière...il était soudainement passé de troublé, à mystérieux. En bref, il avait repris son air insolent de parfait comploteur. Neyrelle ne savait si elle devait se réjouir de ce retour à la "normale", ou plutot s'en inquieter...Quel mauvais tour avait il décidé de lui jouer? Desinvolte, elle décida de remettre cette épineuse question à plus tard. Elle s'aprêtait à lui parler, même sans savoir quoi dire, quand le visage du Farfadet se fendit en un bien étrange sourire. Neyrelle ne savait comment déchiffrer l'expression un brin malveillante apparue sur le visage de son compagnon. Elle renonça, et attendit de voir ce qu'elle annoncait. Edouard Grey se libéra de ses mains, qui serraient toujours ses bras, très calmement, puis entrouvrit les lèvres pour parler, d'un ton que Neyrelle devinait vaguement faux. Les notes chaleureuses qu'il employa étaient parfaitement orchestrées, mais trop polies pour paraitre naturelles dans la bouche de ce farfadet qui nageait dans l'impertinence.

-Ca va, merci...


Neyrelle, ravie bien qu'un peu inquiete quand à ce sourire apparu quelques instants auparavent, sourit à son tour, d'un sourire sincère, elle...Elle se contenta de ça, d'ailleurs, ne voyant pas la moindre idée de réplique pointer son nez. Elle n'eut pas besoin de reflechir très longtemps, car le visage d'Edouard l'en disppensa. Pendant un moment, il parut sqe souvenir de quelque chose, puis il se figea, comme rentré à l'interieur de lui même. Il n'était plus "présent", et la sirène devina qu'il réflechissait, retiré dans un coin de son esprit. Finalement, il "revint", puis la lueur espiegle qui manquait à son regard lui revint. Il parraissait très déterminé, mais Neyrelle n'aurait pu dire à quoi. Elle compris quand le Fardadet se pencha vers elle, puis l'enlaça, la serra dans ses bras. Extremement surprise, elle laissa echapper un "hé!" qui résonna dans la nuit. Pendant quelques instants, il lui tapa légèrement le dos. Neyrelle, toujours aussi etonnée, se laissa faire, et noua timidement ses bras autour de son partenaire.


-Maintenant nous sommes quittes...

Dit il, avant de se dégager vivement. Il lui fit un sourire chargé d'innocence et de cadeur, ce qui n'était pas facile à considérer comme honnête chez lui... Neyrelle ne comprenait pas très bien de quoi qui venait de s'aquitter, mais elle sourit, ne sachant trop comment réagir à cette etreinte. Elle était troublée, à son tour. Mais pas au point de partir sur le champ, comme il l'avait fait lorsqu'elle avait simplement posé ses doigts sur sa joue!

-Mmh...ouais, si tu le dis! Plutot agréable, comme vengeance, moi ça me va!

Evidemment, en disant ça, elle ignorait totalement que cette manifestation d'amitié apparente n'était que la couverture à une nouvelle farce du farfadet. Elle le découvrirait bien assez tôt. pour l'instant, elle avait simplement envie de rire, ce qu'elle fit, éclatant d'un rire joyeux. Elle s'étonna tout d'abord qu'Edouard ne rie pas, lui aussi, après tout, il estimait s'être vengé...Puis elle "perçut" une vague de jubilation. Etant le seul être pensant à des centaines de mètres à la ronde, ce ne pouvait être que lui. Etrange comme elle percevait bien ses émotions. En général, cela n'arivait que très rarement... néanmoins, elle avait remarqué qu'elle sentait mieux les émotions des gens dont elle se sentait le plus proche, ou dont elle comprenait aisément la personnalité. Pourtant, le caractère d'Edouard était assez eloigné du sien, et ell ne le connaissait que depuis quelques instants, mais...bon, bref. C'était bizarre, quoi. Elle revint à son interlocuteur qui détournait le regard, sans doute pour qu'elle ne voit pas son expression trop joyeuse. Il avait l'air tellement content de lui que Neyrelle plissa les yeux pour essayer de deviner ce qui le rendait si rieur. Ne trouvant rien sans s'aider de mots, elle lui saisit le poignet avec fermeté, puis le regarda dans les yeux:

-Dis donc, toi...qu'est ce que te fais rire?

Le temps qu'elle lui pose cette question, il avait repris une contenance, et parraissait le plus sérieux du monde...

-C'est ça, fait l'innocent...de toutes façons, je trouverais! Tu ne vas pas t'en tirer comme ça...Allez, répond!

Fit elle, un sourire au coin des lèvres. Elle espérait bien une réponse! Ou alors, elle trouverait un moyen infaillible de la faire parler. Rirais bien qui rirais le dernier! XD
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Edouard Gray
Farfadet
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 11/06/2008
Age : 29
Localisation : Sur la route de Kervael

MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   Dim 5 Oct - 0:37

(hj : t'écris mieux que moi je te signale ^^)

Après l'avoir libérée de son étreinte parasite, il avait écouté rire la jeune fille avec un amusement mêlé d'attendrissement.
D'une certaine façon, il l'avait trouvé mignonne mais cette sensation s'était révélée si fugace que l'indolent Farfadet n'avait eu le temps de l'analyser.
Fort heureusement pour eux deux, d'ailleurs.
Lui ne paraissait pas du genre à se laisser avoir par les sentiments mais seulement en apparence car au fond, c'était bien tout le contraire...
Il mettait souvent un temps considérable pour reconnaitre ses erreurs et cela le mettait toujours dans une rage folle, de constater sa négligence dans ce combat contre le sentimentalisme.

Quand il comprit qu'une fois encore, il s'était enferré face à ce regard d'océan, Edouard Gray ne put retenir un sourire de menace.
Machinalement, il se mordit la lèvre jusqu'au sang, ce qui dénotait bien évidement chez-lui une certaine folie mentale, maladie dont il riait volontiers, à ses dépens.
Tandis qu'il fixait la demoiselle d'un air carnassier, il tentait de comprendre ce qui n'allait pas chez-lui.
Peine perdue, il n'y avait strictement rien à signaler car c'était elle qui n'était pas normale.
Il l'avait su dès l'instant fatal où son regard s'était fiché dans le sien, ils avaient croisés le fer dans un duel sans âge, la grande histoire.
Neyrelle était exceptionnelle. Voilà pourquoi elle devait mourir...

- Oh, mince ! Je suis fait !

Avec une admirable, effroyable lenteur décuplée par sa fatigue, le Farfadet plaqua sa main libre contre sa face et renifla amèrement, avec toute l'affectation du parfait tragédien qui s'impose.
A jouer ainsi des sentiments, il devenait évident que ce type ne ressentait rien ou du moins cherchait à en oublier les morsures.
Les femmes.
D'un simple sourire, elles répandaient un poison qui devenait la possession, l'entrave.
Edouard les détestait, plus que ça, il les haïssait comme un signe de destruction.
Rien ne pourrait arrêter la pourriture de son âme.

Il y a des choses qu'il vaut mieux taire... La vérité, c'est trop me demander...
Mais tu souhaites vraiment cela, n'est-ce pas ?

Sa voix s'était faîte tendre presque bienveillante. Le doux murmure qui amenait la tempête.
La gentille berceuse que les enfants écoutaient avant d'affronter l'orage.
Sauf qu'ils n'étaient plus des enfants et que le vent du crépuscule sentait la Mort.
Son sourire plein de bonté s'accentua et à présent, il sur jouait, décidé à tout laisser dans le rôle de sa vie.
Avec son air de fausse sainteté, il enchaina mollement de sa voix de poète :

Et tu comptes t'y prendre comment, vu que je n'ai aucune intention de te faire de faveurs ?

En gros, cela signifiait que cette fille pouvait aller voir ailleurs s'il y était et si elle marchait, il aurait au moins des vacances.
C'est qu'elle commençait à l'impressionner, celle-là et il pressentait le pire en l'observant du coin de l'oeil.
Il avait bien noté ce sourire de travers et cela le gênait d'autant plus que c'était lui, qui souriait de cette façon d'habitude.
Mais lui, allait-il encore réussir à sourire au moment où il fallait ?
Evidement que oui, puisqu'il avait une dentition parfaite, autant montrer à tous sa réussite dans le domaine des Arts !
Edouard baissa brièvement ses yeux gris sur l'étau qui l'emprisonnait.
Distraitement et feignant le désintérêt, le jeune homme tenta de tirer vers lui pour libérer son poignet mais il dut se rendre à l'évidence que sa geôlière tenait bon.
C'est alors qu'il remarqua la mince trace rougeâtre qui s'échappait sous sa poigne...


Allons discuter autour d'un bon pichet, tu veux ? Lança brusquement le Farfadet dont les yeux d'argents s'étaient réduits à deux balles métalliques.

A ce moment-là, il se sentait dans une telle colère que tout lui était égal, de simples décors en papier pâte autour de la scène du crime.
De plus, il n'avait rien mangé depuis des lustres et il devait bien avouer que la chaleur d'un bon foyer commençait à lui manquer cruellement.
Tant pis s'il devait trouver refuge en la compagnie de cette sirène, ce qui était rare n'avait pas de prix...
Franchement, il n'y avait qu'à lui que cela arrivait, des situations pareilles.
Les autres avaient le droit de profiter du spectacle de la main baladeuse et lui-même espérait sincèrement s'amuser encore un peu avant il ne savait quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tribulations en terre inconnue (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tribulations en terre inconnue (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» tremblement de terre haiti
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Almaran'daëlin :: Aldan :: Les Chemins-
Sauter vers: