Almaran'daëlin

Almaran'daëlin est un monde peuplé d'innombrables créatures. Des elfes, des vampires, des humains, des sirènes...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Neyrelle Tann'Seï [terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Neyrelle Tann'Seï [terminé]   Dim 9 Mar - 14:20

Votre Personnage: Neyrelle Tann'Seï


*Nom de Famille: Le nom de Famille de Neyrelle est Tann'Seï. C'est celui de sa mère, puisque son père reste inconnu.

*Prénom: Neyrelle.

*Sexe:Féminin

*Âge: 21 ans.

*Race: Sirène.

*Désirs, ambitions: L'océan est immense. Neyrelle y a toujours vécu, mais est loin d'en connaître tous les secrets. Elle aime découvrir de nouveaux endroits, les explorer, avant de partir à la recherche d'un autre. Neyrelle rêve de découvrir un endroit qu'elle voit souvent en rêve, comme une île secrete. Elle est persuadée qu'elle existe, et ne desespère pas de la trouver un jour, que ce soit sous l'eau ou à la surface de la terre, qu'elle compte également connaitre parfaitement, d'ailleurs. Par ailleurs, elle cherche à savoir utiliser correctement ses pouvoirs, sans créer les catastrophes qu'elle a l'habitude de produire.

*Pouvoirs: Outre que, comme tous les gens de se race, elle possède une queue de poisson au moindre contact avec l'eau, Neyrelle maîtrise l'élément liquide. Dans son cas, pas tout à fait. En fait, elle réussit certaines choses faciles, comme changer la température de l'eau, la faire changer d'état, ou l'agiter à distance, mais dés qu'il s'agit de la soulever, de lui faire décrire un mouvement...cela finit en général par une monumentale cascade, qui vient ecraser tout ce qu'elle rencontre. Ou par un torrent incontrôlable qui n'avait rien à faire là. La première fois qu'elle a voulu utiliser ce pouvoir, elle avait 5 ans. Elle et sa mère nageaient tranquillement, quand Neyrelle s'est arrêtée, et a sentit une étrange force se déverser en elle. Elle a levé les bras, et laissé cette energie l'imprégner, puis se propulser au dehors. Il en a résulté un immense tourbillon, impressionnant pour une petite sirène de cet âge. Ravie, Neyrelle a regardé d'un oeil curieux les algues tourner autour d'elle, puis elle s'est rendu compte qu'elle n'arrivait plus à arrêter le tourbillon. En dehors du cercle créé, sa mère réussit à contrôler les remous, et tout rentra dans l'ordre. De retour chez elles, on décréta que Neyrelle était douée d'une grande force intérieure, mais qu'elle devait apprendre à mieux la maîtriser, si elle ne voulait pas détruire le village entier. Neyrelle s'abstint donc d'experimenter ses nouveaux pouvoirs à proximité de chez elle, ce qui ne l'empêcha pas de s'entraîner plus loin, près de la surface, de la rive. C'est là qu'elle découvrit que jouer avec l'eau était beaucoup plus amusant dans l'air.

Si elle tatonne encore un peu dans sa maîtrise de l'eau, elle est par contre experte en l'art de guerir les gens. Elle "voit" le mal dans le corps des gens qu'elle soigne, et sait instinctivement comment le supprimer.

Neyrelle possède également une sorte de pouvoir qui n'apparaît qu'à certains moments, et qu'elle n'est pas sûre de posséder. Parfois, quand elle se trouve à proximité de quelqu'un, elle a comme une sorte de flash qui lui permet de connaître les émotions de la personne la plus proche. C'est vague, un sentiment très flou, mais elle sait avec certitude que ces émotions qu'elle capte sont celles de quelqu'un d'autre. Elle n'a jamais été sûre que ce soit normal, comme elle n'a jamais été persuadée que ça ne l'était pas. C'est pour cette raison qu'elle n'en a parlé à personne, pas même à son meilleur ami.

*Armes: Neyrelle est une adepte des dagues. Fines, longues et accérées si possible. Elle en possède deux, chacune accrochée à un mollet lorsqu'elle est sur la terre ferme, à une ceinture au niveau des hanches quand elle est sous l'eau. Elles sont d'argent, brillantes et exceptionnellement dures. Les deux sont parfaitement identiques, à l'exeption d'un minuscule joyau sur le pommeau: cyan sur l'une, rouge orangé sur l'autre. Leur lame est gravée de signes dont la signification exacte reste obscure. Elles sont adaptées aux poings de Neyrelle, qui est tout à fait à l'aise avec.
Un sabre dont le bout est légèrement recourbé complète l'armement de Neyrelle. Elle l'utilise lorsque ses dagues ne sont plus efficaces, quand elle doit combatre sans grande mobilité.

*Description physique: Neyrelle est...une sirène. Premièrement. Donc elle possède en fait, deux apparences. La première, la moins utilisée quoique cela aie tendance à changer ces derniers temps est l'apparence humaine, avec des pieds, des mollets, des genous, bref, des jambes. Sous cette forme, Neyrelle est une jeune fille qui parait plus jeune que son âge. On lui donne plus facilement 18 ans que 21...Il est vrai que les traits de son visage sont chargés d'une innocence enfantine, et son regard est doux, bien que profond. Neyrelle possède un visage de forme plus triangulaire que ronde, mais dont les contours sont arrondis. Ses pomettes sont assez hautes, mais pas très marquées. Juste assez pour souligner des yeux en amande d'un bleu intense, entre le turquoise et l'indigo. Si on regarde de très près, on peut voir se promener dans ses iris quelques petites paillettes argentées, qui lui donnent un côté pétillant. De longs cils noirs les encadrent, et se fondent dans l'ombre de fines paupières. Des sourcils fins, très foncés surplombent les yeux précédements décrits. Le front bombé de Neyrelle est dissimulé par une mèche fournie de fins cheveux argentés. Les mêmes qui descendent en cascades scintillantes dans son dos, jusqu'à la naissance des reins. Neyrelle est très fière de leur couleur argentée, presque blanche, parcourue de nombreux reflets plus ou moins colorés, surtout bleus. Pour en revenir au visage, Neyrelle est dotée d'un nez légèrement en trompette, fin et plutot court. Juste au dessous, une bouche pas très charnue, très expressive est teintée d'une légère couleur indigo, mais tout en restant claire. L'ensemble de sa peau est d'une couleur pâle, froide, tirant vers le bleu clair, un peu turquoise. Quand elle a froid, la teinte bleue se mue en indigo, puis en violet. Au toucher, cette peau est très froide, presque glacée. Elel ne se réchauffe que lorsque neyrelle ressent des émotions fortes, agréables. Neyrelle est par ailleurs d'une taille tout à fait banale, ni trop grande ni trop petite. Ses membres sont fins et gracieux. La jeune sirène possède des épaules fines, tout en restant rondes; et une poitrine plutot petite, ce qui ne la dérange pas du tout. Ses hanches sont assez larges, mettant en évidence sa taille fine et son ventre plat. Juste dans le creux de la taille, à sa droite, Neyrelle est marquée d'un signe, sans doute une tache de naissance, bien que de forme particulière. C'est une trace bleu foncé, très opaque, en forme de goutte d'eau. Neyrelle a toujours été intriguée par cette "tache", mais n'a jamais vraiment sû ce qu'elle était.

Sous forme humaine, Neyrelle est dotée d'une très grande agilité, ainsi que d'une rapidité étonnante. Elle est souvent vêtue de couleurs vives et chaudes, qui contrastent avec sa peau froide. Elle privilégie les habits originaux, mais qui restent pratiques.

La deuxième apparence est bien sûr celle d'une sirène...La différence majeure, c'est evidemment la queue de poisson qui remplace les jambes de Neyrelle, au moindre contact avec l'eau. Elle est, comme tout le reste du corps de Neyrelle, fine, et très souple. Les écailles qui la couvrent sont minuscules, presque invisibles. La queue se termine en s'élargissant, ce qui forme trois pointes, pas parfaitement définies. La couleur varie du bleu pâle à l'argent, en passant par toutes les nuances de blanc. Elle est parcourue de nombreux reflets, qui font qu'on ne sait jamais avec exactitude de quelle couleur est vraiment la queue de poisson de Neyrelle.



*Description morale:
Neyrelle est une jeune sirène...plus ou moins lunatique. Suivant les jours, l'heure, le moment, elle peut se montrer tour à tour douce, atentionnée, mélancolique, agressive, sadique, éclatante de joie, modérée, exentrique, excessive... Sans pour autant avoir une double personnalité, elle est changeante, imprévisible. On ne peut pas décrire de caractère "normal", car pour elle, l'adjectif n'existe pas. Il est le mélange de tous les autres, cités juste avant.


Lorsqu'elle est calme, neyrelle fait montre de tant de douceur et de tendresse que ceux qui se trouvent à ses côtés en sont imprégnés, et gagnent une partie de ce calme, qu'ils ne connaissent pas d'habitude. Dans ces moments là, Neyrelle est facilement influencable, presque fragile. Elle accorde facilement sa confiance, et s'attache vite à tous ceux qui lui prêtent attention. C'est le côté rêveur de Neyrelle. Elle passe des heures entières immobiles, à réfléchir sur...un peu tout. Sur sa vie, sur le monde, sur l'existence en général, sur...tout et n'importe quoi. C'est dans ces périodes qu'elle montre sa passion des arts, la musique ou le dessin. Elle aime s'isoler, sur un rocher en plein océan, et jouer des heures durant, de la flûte le plus souvent. Elle aime aussi chanter, mais préfère mêler le son mélodieux d'un instrument à celui de la mer. Parfois, elle se dit que sa voix n'est pas digne de cotoyer le bruit des vagues. Elle pense souvent à la mer comme à une entité vivante, immense et sage. Neyrelle en est très respectueuse.

Puis, pour une raison ou une autre, ou même pour rien du tout, son caractère change completement. Tout d'un coup, Neyrelle peut devenir agressive, succeptible et rageuse. Dans ces moments, elle est vive, et prend au mot quiconque fait mine de la provoquer. Elle aime blesser les gens d'une simple phrase, remettre à leur place les arrogants, sans vouloir admettre qu'elle l'est elle même. D'ailleurs, elle aime blesser tout court, et pas forcément verbalement...c'est souvent dans cette "phase" là que ses armes lui servent. A force de provoquer les gens, on finit par récolter des duels...qu'elle a le plus souvent gagné, puisqu'elle est encore là aujourd'hui. Ces périodes ne durent pas longtemps. Quelques fois, une réplique bien trouvée, et Neyrelle se rend compte de ce qu'elle est. Et elle change, une fois de plus. Mais pour quoi?

Souvent pour une personnalité plus agréable. Soit retour à la première citée, soit à celle qui vient. En même temps, c'était un peu évident...mais bon. A certains moments, il lui arrive d'être excessivement joyeuse. C'est à dire que tout, sans exception, la fait rire. Depuis la blague pas forcément drole d'un tavernier à la chute d'un fruit sur le chapeau d'un monsieur trop propre en passant par ...enfin bref, tout. Incapable d'être sérieuse, elle rit à tout bout de champs, ne s'énerve jamais puisqu'elle prend tout à la légère. C'est comme ça qu'elle est le plus souvent. Et ça ne s'arrête pas au rire. C'est en général cet état qui est suivi de nombreuses catastrophes plus ou moins graves, liées à ses désastreuses tentatives d'aprivoiser son pouvoir. Un mélange d'assurance, de maladresse et de ridicule qui la rendent attendrissante, bien qu'un peu énervante. D'ailleurs, c'est à ces moments là que Neyrelle se fait charmeuse, et s'amuse à séduire de nombreuses personnes...Neyrelle multiplie les liaisons, plus ou moins longues, sans chercher forcément l'amour. Juste un bon moment passé avec quelqu'un.

A part en de rares occasions, Neyrelle est quelqu'un de très bavard. Elle peut parler des heures, de tout et de rien, sans avoir besoin d'interlocuteur, d'ailleurs. Elle parle à tout le monde, y compris à elle même. Quand il n'y a personne, elle converse avec des objets, bien qu'ils ne répondent pas très souvent...

*Famille: La mère de Neyrelle s'appelle Aedlinn. Elle et son mari se sont rencontrés d'une manière très simple. Un jour où elle était sur la terre ferme, Aedlinn se promenait bien tranquillement dans une rue assez peu fréquentée. Un sac à la main et les pieds sur terre, mais la tête un peu trop dans les nuages. Elle avait toujours été ainsi, excessivement aerienne bien qu'attachée aux profondeurs. Son esprit se détachait très souvent de la réalité pour aller flotter on ne sait où, loin dans les limbes de son imagination. Et donc, elle laissait ses pieds poursuivre seuls leur chemin, leur faisant confiance. Soudain, elle trébucha sur le pied de quelqu'un, aussi pensif qu'elle puisqu'il ne l'avait pas vue plus qu'elle ne l'avait apperçu. Elle tendit vivement les bras dans une tentative désespérée de retrouver son equilibre, envoya valdinguer son sac, et tous les papiers et autres babioles qu'il contenait, et s'aprêta à rencontrer le sol dur. Mais elle fut accueuillie non par la pierre froide, mais par la chaleur de deux bras fermes, qui l'entourèrent et empêchèrent la chute. Aedlinn leva les yeux. Et se perdit dans les profondeurs du regard de l'inconnu qui la tenait enlacée contre lui. Il était magnifiquement beau. Une beauté simple. Ses cheveux blonds étaient mi-longs, et encadraient un visage parfait, rieur et tendre. Ses yeux foncés charmèrent Aedlinn, au point qu'elle ne se lassait pas de plonger dans leurs reflets bleutés. Lui, surpris de tenir tout contre lui la jeune femme, la détaillait avec autant d'admiration. Aedlinn avait la peau pâle des sirènes, et sa fille lui ressemble beaucoup. Ses cheveux, lisses et dotés de reflets argentés, avaient une étrange couleur bleue. Etrange, mais pas décalée, car elle allait à merveille avec le visage magnifique de la jeune sirène. Le jeune homme fut emerveillé par la douceur de sa peau, de son regard, auquels il put ajouter celle de sa voix lorsqu'elle le remercia d'un ton qui témoignait de son trouble.

_Merci beaucoup...je suis Aedlinn...

_Mon nom est Seliel. Je peux t'aider?
Demanda t-il en montrant les objets éparpillés autour d'eux. Sa voix ne trahissait pas son emotion, mais elle n'était pas invisible pour autant. Ses yeux brillaient d'une flamme intense, et il contemplait Aedlinn avec tant de force qu'un filin semblait exister entre leurs regards.

Les deux jeunes gens discutèrent tout l'après midi...et ne se quittèrent plus. Ils s'avouèrent plus tard s'être aimés dés le premier regard.

Par une étrange coïncidence, il se fait que Seliel appartenait lui aussi au peuple des Sirènes. Ils retournèrent sous la surface de la mer, à leurs profondeurs bien connues, et restèrent ensemble malgré une légère réticence de la part des parents d'Aedlinn. Quelques années plus tard, les deux amoureux s'étaient mariés, et Aedlinn avait donné naissance à une petite sirène du nom de Neyrelle.
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Neyrelle Tann'Seï [terminé]   Mer 14 Mai - 17:25

*Histoire: Neyrelle est née quelque part au large des côtes de l'île de Sûl. Ses parents, Aedlinn et Seliel, vivaient en toute tranquilité, dans un petit village sous l'eau. Neyrelle grandit sans histoires, comme tous les bébés. Elle sut parler très tôt. Au début, sa famille s'en réjouissait. Ils avaient là un bébé magnifique, et de plus, intelligent, curieux...mais tandis que la petite Neyrelle s'emerveillait de cet outil qu'elle venait de découvrir, le langage, ses proches en faisaient les frais. Il ne se passait pas une minute sans qu'elle ne parle, ou qu'elle ne pose des questions. Sa préférée était evidemment le "pourquoi", qu'elle sortait à toutes les sauces. Maman, pourquoi l'eau est transparente? Pourquoi sur la terre, les gens ils ont des jambes? Pourquoi j'ai faim? Pourquoi on habite dans l'eau? Pourquoi tu pleures? Pourquoi on mange? Pourquoi...Même patients, Aedlinn et Seliel n'en pouvaient plus. Il s'éscrimaient tout de même à répondre aux questions infinies de l'enfant. La vie était tranquille. Mais un jour, quand la petite Neyrelle avait tout juste 4 ans, ce petit bonheur fut bouleversé par un évênement qui marqua la famille. C'était le mois où l'eau était la plus froide, où on ne se risquait plus en surface, car l'eau gelait plus facilement sur la peau. L'hiver, donc. Au village, Taelle et son fils agé de 7 ans avaient disparu. Quand Ma'ak, le mari de Taelle, avertit la population, on organisa une équipe de secours, pour chercher les deux disparus. Seliel fut de ceux qui se portèrent volontaires pour y aller. Accompagné de 9 autres, il partit droit vers le Nord, direction présumée de l'endroit où étaient Taelle et son fils. Aedlinn, sans savoir pourquoi, était plus inquiete qu'à l'accoutumée. Pourtant, ça n'était pas la première fois que son mari partait en expédition. Mais...Elle se raisonna, s'efforça de se calmer, de faire confiance à Seliel. Mais les jours passaient, et la petite équipe n'était toujours pas rentrée. Au bout d'une longue semaine d'attente, tout le monde était persuadé que les 10 tritons et sirènes, ainsi que Taelle et le petit étaient mort. Le village organisa des funérailles sans corps, et la population touchée se mit en deuil. Neyrelle, du haut de ses 4 ans, ne comprit pas bien ce qui se passait. Pour elle, son père était juste parti en voyage, et quand il rentrerait, il lui offrirait des cadeaux venus des mers lointaines. Elle voyait sa mère pleurer, comme les autres sirènes, mais elle ne croyait pas à la mort des disparus. L'absence de son père commença tout de même à peser sur le foyer familial. Et Neyrelle grandit seule avec sa mère. A 5 ans, elle commenca à se découvrir des pouvoirs liés à l'eau, qu'elle attendait avec impatience. Ses amis les avaient déjà expérimentés, elle était la seule à ne paraitre rien posséder. Mais lorsqu'ils lui apparurent, elle faillit créer une petite catastrophe, et l'on se rendit compte qu'elle avait un don très puissant, et malheureusement très peu contrôlé. Elle essaya d'apprendre à se connaitre, à maitriser l'eau avec raison, mais rien n'y faisait, et quand elle faillit détruire le village entier en créant un tourbillon immense, on lui interdit formellement d'user de ses pouvoirs trop près de toute ville, quelle qu'elle soit. Quand Neyrelle eut 15 ans, l'âge où les sirènes sont considérées majeures, elle quitta la maison, et partit dans un premier temps à la recherche de son père qui n'était selon elle, pas mort du tout, et même très vivant. Sa mère avait beau lui répeter que ce n'étaient que des rêves d'enfants, qu'il était bel et bien mort, et qu'elle ne trouverait rien, elle ne se découragea pas. Elle chercha une année entière. Et ne trouva rien. Lassée de ses recherches ,elle voulut voir comment était les villes sur la terre ferme, et se poser un peu. Elle alla s'installer dans la première ville qu'elle trouva, et se fit engager comme serveuse dans une taverne. Elle dormait dans une petite chambre, dans les combles au dessus d'une grande maison. L'argent qu'elle gagnait à la taverne était à suffisant, mais elle ne pouvait en garder qu'une toute petite partie, car la plus grande part servait à payer le loyer, le reste à se nourrir. Elle résolut de se trouver un vrai travail. faisant le compte de ses talents, certe, assez peu nombreux, elle se dit qu'elle pourrait peut être utiliser son don pour les guérisons! Elle prit ses petites affaires, et alla trouver une maison de guérison. Là, elle fut embauchée à l'essai pour deux semaines...durant ces semaines, elle prouva qu'elle était douée pour guérir, et fut acceptée en temps que guérisseuse. Là, elle put garder un peu d'argent sur ce qu'elle gagnait, et au fil des mois, elle se concocta une jolie somme. Avec cet argent, elle ne voulait pas forcément changer de chambre, s'acheter une maison...non, ce qu'elle voulait, c'etait opuvoir se déplacer aussi facilement à la surface de la terre que sous l'eau. Car les jambes permettaient d'avancer beaucoup moins vite que la queue de poisson! Ce qu'elle voulait, c'était un cheval. Et malgré tout, cet animal coutait cher. Quand elle eut assez pour pouvoir s'en offrir un sans se ruiner, elle attendit le bon jour, et se dirigea vers le marché. Là, elle passa une heure ou plusieurs à chercher, regarder, se faire conseiller...finalement, elle tomba nez à nez, ou nez à mufle, avec une jeune jument qui lui plut tout de suite. Elle était magnifique, grise à la crinière blanche. Ses yeux noirs de jai reflétaient l'intelligence, et un courant de sympathie circula entre eles deux êtres. Le prix était plus élevé que ce qu'elle avait voulu y mettre, mais Lae'saïa, comme elle avait décidé de l'appeler, justifait le coût. Heureuse, elle repartit avec une magnifique jument, et la bourse allégée d'un bon poid. Elle continua son travail pendant quelques mois, puis cette vie monotone, rythmée par les galops effrénés avec Lae, commenca à lui peser. Le voyage, et les grands espaces lui manquaient, ainsi que l'océan, bien sur...Sa vie après ça jusque maintenant n'a été qu'une suite de périodes d'aventure, de voyage, de séjour dans l'océan; et de périodes plus calmes, où elle s'installe dans un village ou une petite ville pour soigner les gens qui en ont besoin, et gagner un peu sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
 
Neyrelle Tann'Seï [terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Almaran'daëlin :: Le bazar administatif :: Présentation de votre personnage :: Fiches Terminées-
Sauter vers: