Almaran'daëlin

Almaran'daëlin est un monde peuplé d'innombrables créatures. Des elfes, des vampires, des humains, des sirènes...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prisonnière des ténèbres.

Aller en bas 
AuteurMessage
Léviathan
Humain
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 02/09/2008
Localisation : Pourquoi désirez vous savoir où me trouver? Des envies suicidaires?

MessageSujet: Prisonnière des ténèbres.   Lun 16 Fév - 2:30

Brisé par la douleur et la fatigue, le pas du sbire se faisait de plus en plus traînant. La blessure encore toute fraîche le lançait furieusement dans l’épaule, et les coups incessants que lui infligeait cette otage un peu trop remuante, n’étaient pas non plus des plus agréables. Aussi, l’ivresse qui l’avait gagné durant la soirée semblait s’être dissipée. La douleur ressentit se faisait donc de plus en plus vive, sa tête de plus en plus lourde, et les cris continus de la prisonnière de plus en plus insupportables...
La nuit venait de s’achever, mais leur périple vers le château de Zann débutait tout juste.
D’après ses souvenirs il leur faudrait bien encore une bonne semaine de marche avant d’y parvenir.


Quelques jours plus tard…

Le nécromancien tomba à genoux sur les dalles froides qui recouvraient le sol.
« La captive est au cachot. J’y ai posté deux gardes… A vrai dire, ils étaient déjà à leur poste… Disons seulement que je les ai réveillé. »
Il leva ensuite un regard fatigué vers le maître des lieux qui était installé sur le trône.
Eldrakyn eut un léger rictus de satisfaction.
« Bien… Je dois reconnaître que malgré l’état déplorable dans lequel tu te trouvais à la taverne, tu t’es honorablement acquitté de ta mission. Maintenant la petite peste va sûrement chercher son amie la sirène… ».
Le lycan se leva pour traverser la vaste salle mal éclairée, passant devant les vieux tableaux qui ornaient les murs de pierre brute. Tout les membres de la lignée de Zann y étaient représentés d’une manière si réaliste, qu’ils semblaient observer leur successeur au-delà de leurs cadres.
« Allons voir comment se porte notre invitée. »

Les deux hommes descendirent dans les profondeurs du maléfique château… Les escaliers étaient glissants, les couloires étroits et remplis de souvenirs.
Jadis Léviathan avait souvent parcourus ce même chemin… le chemin menant aux oubliettes, juste contiguës à la salle des tortures.
Il s’y était rendu un bon nombre de fois par le passé ; non pas pour enfermer de pauvres bougres, (car il ne faisait pas de prisonniers - ou alors très rarement), mais surtout pour y chercher les rebelles afin de leur faire subir des interrogatoires, ou simplement pour mettre fin à leur peine… par leur exécution.
Cela faisait une éternité qu’il ne s’était par approché du château. Désormais seuls quelques squelettes s’obstinaient, dans leur immobilité acharnée, à occuper quelques recoins de ces lieux déserts, et peut-être était-ce mieux ainsi. Il est vrai que la compagnie des morts lui était plus agréable que celle des vivants.

Sous la lumière vacillante des torches, la jeune néréide se tenait derrière une grille en fer rouillée. Deux squelettes armés de lances montaient la garde devant la porte.
D’autres joyeux compagnons en os, un peu épars et poussiéreux sur le sol, habitaient la cellule de la prisonnière. Le nécromancien contempla la silhouette ravissante et gracile de la demoiselle marine en ne pouvant s’empêcher de penser qu’elle aussi tôt ou tard ferait un bien aimable squelette. Une fois les chaires rongées par la vermine, la chevelure scintillante décrochée du crâne par la décomposition de la peau qui l’y maintenait, elle serait comme les autres. Tout les morts finissent par se ressembler.
Pourtant la jeune fille semblait jeter un regard écœuré sur ces pauvres ossements. Cela amusa grandement Léviathan, qui d’un geste de la main se mit à faire danser les carcasses autours d’elle. Les mains décharnées se posèrent sur elle, l’agrippèrent de toutes parts et la poussèrent vers les barreaux. L’inquiétant personnage approcha une torche du doux visage sur lequel il pouvait lire la même expression de dégoût, mais cette fois ci elle lui était destinée.

« Le seigneur Eldrakyn souhaite s’entretenir avec vous… Vous n’allez tout de même pas le priver du plaisir de contempler une si gracieuse créature.»

Soudain l’homme au teint livide grimaça. Ses sinistres pantins lâchèrent prise et quelques-uns s’écroulèrent sur le sol. Déjà bien trop affaibli, cette petite plaisanterie macabre avait achevé de l’épuiser. Il sentait le sang coagulé, poisseux, coller à l’étoffe de ses vêtements. Compte tenu des efforts qu’il avait fourni ces derniers jours, il en déduit par là que la plaie causée par la flèche du centaure s’était réouverte (ou n’avait pas encore cicatrisé).

« … Messire… je… je me sens un peu las… permettez moi de me retirer un instant… »

Le nécromant s’éloigna, chancelant légèrement, pour finalement s’effondrer sur une espèce de banc en pierre non loin de là, incapable de faire un pas de plus.
Eldrakyn lança un regard navré sur ce pitoyable spectacle, mais reporta vite son attention sur la détenue.
Revenir en haut Aller en bas
Eldrakyn
Loup-garou
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 18/05/2008
Age : 27
Localisation : Pas loin ...

MessageSujet: Re: Prisonnière des ténèbres.   Jeu 19 Fév - 0:36

Eldrakyn observait Neyrelle ... Celle ci regardait Léviathan qui, ne se sentant pas bien, s'était assis sur un banc non loin de là. Aussi étrange que cela puisse paraître, la jeune sirène paraissait légèrement inquiète quant à l'état de santé du nécromancien, alors que celui ci venait juste de "s'amuser" avec elle.

Vous êtes vraiment trop gentille jeune sirène ... cet homme n'hésiterait pas une seconde à vous tuer si je lui en donnais l'ordre. Il lança un bref coup d'oeil en direction de son sbire et ricana : Enfin pour le moment, il en me parait pas trop en état, mais je pense qu'il va bientôt se remettre ...

Il se retourna : Léviathan, je te prierai d'aller te vider de ton sang ailleurs que devant notre invitée forcée ... et ... au fait ... je pense que nous allons bientôt recevoir la visite d'une amie que tu t'es fait à la taverne ... une grande, blonde .. assez jolie, mais vraiment trop fragile pour moi ....

A l'air étonné du nécromant, il cru bon d'ajouter : Elle était invisible, mais cela ne dissimule pas les odeurs ... tu devrais aller l'accueillir ... on ne fait pas attendre les dames.

Alors que Léviathan s'en allait d'un pas chancelant, Eldrakyn reporta son attention sur Neyrelle, toujours accrochée à ses barreaux.
Je vous présente mes excuses pour votre rapt chère sirène, mais j'ai quelques .... différents avec votre meilleure amie et ... non ne faites pas ces yeux voyons ... vous allez m'être d'une aide précieuse.
Je la connais, elle viendra vous chercher c'est une question de temps ... mais ne pensez pas qu'elle reussira à vous sauver. Si nous vous avons amené ici, c'est aussi parceque c'est
- il accentua le ton - notre domaine ... et donc nous avons l'avantage. Je sais ... je sais ... vous êtes proches d'elle ... mais croyez moi je n'ai pas d'autre choix que de la tuer ... de quoi aurais je l'air si je devenais roi et qu'elle essayait de me renverser toutes les cinqs minutes !
Enfin, si vous ne tentez pas de vous échapper, je vous donne ma parole qu'aucun mal ne vous sera fait.
Dans le cas contraire ...
ses yeux se mirent à rougeoyer ... je ne peux plus affirmer cela ... je tenais à ce que cela soit bien clair dans votre esprit ...
Mais ... assez parlé de moi : avez vous quelques remarques à me faire sur vos conditions de détentions, ou puis je tranquillement remonter préparer l'accueil pour votre chere amie ?

Il avait dit cela avec un grand sourire ironique, et se tenait posté devant la cellule de Neyrelle, les bras croisés, l'air nonchalant, attendant de voir ce qu'elle pourrait bien avoir à dire ...
Revenir en haut Aller en bas
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Prisonnière des ténèbres.   Jeu 19 Fév - 19:14

Le voyage avait duré des jours. Neyrelle avait perdu le compte. Ou l'emmenait-on? Si elle n'en avait aucune idée au départ, elle finit par s'en faire une. D'après le soleil, ils allaient droit vers l'est. Et à l'est... il n'y avait que ces terres désolées et inhospitalières que sont les Domaines Sauvages... Neyrelle tremblait parfois, en y pensant. Rien que le nom lui faisait peur. Ils avaient voyagé à pied, au début. Elle, entravée, ou étroitement surveillée par cet homme, qui, son ivresse dissipée, n'en était que plus effrayant. Et l'autre... Eldrakyn... Elle tremblait de rage rien que d'y penser. Elle n'avais jamais haï quelqu'un à ce point. La marche n'avait pas duré très longtemps... Ils avaient rejoint une ...charrette, une calèche, elle ne savait pas comme l'appeler... On l'avait poussée sans ménagements à l'intérieur, et sitôt que l'espoir lui fut venu de se laisser tomber pour s'échapper, Léviathan l'avait rejointe. Encore surveillée. Durant tout le voyage, elle l'avait insulté de tous les noms, avait hurlé, lui avait donné des coups s'il approchait trop... Cela ne servait à rien, sinon à l'épuiser. Mais elle continuait, heureuse d'imposer des désagréments à ces deux hommes, qui l'avaient enlevée. Finalement, elle s'endormait, vaincue par la fatigue... Et se réveillait dans son cauchemar ambulant. Elle ne savait pas ce qui les tirait. Elle savait seulement qu'ils allaient très vite.

Elle finit par se lasser de crier. A l'inverse, elle opposa un mutisme absolu aux questions ou remarques de ses ravisseurs. Pas question de leur offrir la moindre parcelle de parole, rien. Un matin, elle se réveilla dans un endroit différent. Une geôle sombre, étroite... Ce fut tout ce qu'elle aperçut, de prime abord. Puis elle distingua des chaines... Des barreaux... Des squelettes... Des squelettes? Horrifiée, Neyrelle se rejeta en arrière, et ce faisant, put voir ce qu'il y avait devant la grille en fer rouillé qui la tenait prisonnière. elle faillit pousser un cri d'horreur, en voyant que les gardes en faction devant son cachot étaient également à l'état d'os... Et pourtant, ils étaient debout... Il se mouvaient, avec quelques craquements... Neyrelle se mordit les lèvres pour rester muette. Pas question d'avoir l'air aussi terrifiée qu'elle l'était. Elle se força à respirer calmement, essayant d'oublier qu'elle inspirait peut être les restes des os tombés en poussière autour d'elle, ferma les yeux très fort... les rouvrit. Des pas retentissaient dans les couloirs sinistres de l'endroit où elles se trouvaient. L'ancien château de Zann, probablement. Ou alors, elle n'en avait aucune idée. Quoiqu'il en soit, c'était un lieu détestable entre tous où régnait le silence, le souvenir, et la mort.

Les bruits de pas s'intensifièrent. Plusieurs personnes, apparemment. Elle reconnu immédiatement ses visiteurs. Elle n'avait vu qu'eux, et quelques squelettes, depuis des jours! Eldrakyn, le loup, resta en retrait, laissant Léviathan s'approcher. Neyrelle recula, la plus qu'elle pu, se collant presque au mur du fond, qu'elle évita tout de même de toucher. Les quelques os qu'elle déplaça ce faisant lui donnèrent la nausée. Elle la refoula, et planta ses yeux dans ceux de Léviathan, y mettant le plus de rage, de mépris et de dégout possible. Celui ci ne semblait nullement touché par les détestables sentiments qu'il lui inspirait, puisqu'il parraissait même s'amuser. Un sourire sur les lèvres, il fit un geste de la main. A ce moment, les squelettes peuplant la cellule, que Neyrelle avait presque réussi à oublier, s'animèrent. La jeune sirène laissa échapper un cri d'horreur. Un profond dégout s'empara d'elle lorsque les os la frôlèrent, la touchèrent... Des mains, en cliquetant, l'agrippèrent, griffant sa peau. Sans pouvoir résister, Neyrelle se retrouva poussée contre les barreaux rouillés qui la séparaient de Léviathan. Elle s'appliqua à ne rien dire, ne rien laisser échapper... Elle ne réagit pas aux paroles du nécromancien, se bornant à lui adresser un regard chargé de dégoût.

Soudain, les squelettes lâchèrent prise. Surprise, Neyrelle s'affaissa au sol, se retenant d'une main à la grille rouillée. Le serviteur d'Eldrakyn semblait épuisé, tout à coup. Son visage se tordait, comme sous l'effet de la douleur, et il s'éloigna, titubant légèrement. Finalement, il disparu de la vue de la sirène, qui se sentit désorientée. Un tortionnaire qui montre des signes de faiblesse, ça déstabilise. Bien sûr elle était heureuse, autant qu'elle le pouvait, d'être libérée des tourments qu'il lui infligeait. Mais son indicible curiosité la poussait à se demander ce qui se passait, soudain. Qu'avait-il, cet homme abject, si sûr de lui quelques instants auparavant? Neyrelle n'eut pas le temps de chercher une réponse à cette question. Eldrakyn avançait vers elle.

Celui ci dût s'apercevoir de son trouble, d'après les paroles qui prononça. Neyrelle? Trop gentille? C'était fort possible... Et Léviathan, qui n'hésiterait pas à la tuer... Encore plus probable. Elle n'en doutait pas. Elle s 'appliqua à rester silencieuse. Elle n'écouta pas ce qui se disait entre les deux hommes, tout occupée qu'elle était à retenir le flot d'injures qui la démangeait. Elle laissa couler sur elle le discours du lycan. Jusqu'à ce qu'il évoque Nahala. Neyrelle émit un hoquet de détresse, priant mentalement Nahala de ne pas venir la chercher... Non, non, non! Pas toi... Ne vient pas, ne viens pas, ne viens pas! Mais elle savait ce qu'il en était... Elle connaissait son amie... Elle ne reculait pas devant un défi, dut il la mener à la mort. Désespérée, elle brisa son masque de mutisme. Le ton ironique d'Eldrakyn la mit hors d'elle.

Passant un bras au travers des barreaux, elle essaya de tirer, de frapper Eldrakyn, pauvre tentative, qu'elle savait vaine... Puis un flot d'insultes, d'indignations, tout ce qu'elle avait retenu pendant plusieurs jours franchit le seuil de ses lèvres. Elle ne sut pas elle même ce qu'elle hurla.Sauf quelques phrases.

-NAHALA! Tu ne la toucheras pas, tu m'entend!? Elle ne viendra même pas, tu ne le mérites pas! Personne n'est plus détestable, plus haïssable que... Tu ne seras JAMAIS roi, rien qu'un loup infect! Je sortirais d'ici, et...


Neyrelle s'arrêta pour reprendre son souffle. Et reprit l'expression imagée de sa haine envers le lycan.

-Tu suintes le mensonge, l'ignominie! La cruauté, et tout ce qu'un être peut porter de mauvais sur ces terres! Tu...

La sirène crachait tout ce qu'elle avait emmagasiné durant le voyage, et ne semblait jamais devoir s'arrêter. De fait, elle ne s'arrêtait pas, et ne s'arrêtait que pour respirer. N'eussent été les barreaux, elle se jetait sur lui pour lui déchirer le visage. Même si elle savait qu'elle ne pouvait rien faire.
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Eldrakyn
Loup-garou
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 18/05/2008
Age : 27
Localisation : Pas loin ...

MessageSujet: Re: Prisonnière des ténèbres.   Ven 20 Fév - 0:03

NAHALA! Tu ne la toucheras pas, tu m'entend!? Elle ne viendra même pas, tu ne le mérites pas! Personne n'est plus détestable, plus haïssable que... Tu ne seras JAMAIS roi, rien qu'un loup infect! Je sortirais d'ici, et...

A ces mots, Eldrakyn sentit le loup qui l'habitait s'agiter, comme si la phrase lui déplaisait au plus haut point. Des fourmillements parcouraient ses bras, son visage, annonçant une transformation. Or, il n'avait rien demandé ... il sentait l'animal tapi au fond de son cerveau, lui demandant de le laisser sortir, de dévorer la petite sotte qui osait leur parler ainsi ....
Au prix d'un effort plus important que d'habitude, il repoussa la présence, lui intimant de se taire.


Tu suintes le mensonge, l'ignominie! La cruauté, et tout ce qu'un être peut porter de mauvais sur ces terres! Tu...

La sirène continuait ... elle lui jetait au visage tout ce qu'elle avait gardé sur le coeur, tout ce qu'elle souhaitait lui dire, espérant l'atteindre par ces mots dérisoires ...

ça SUFFIT !

Les mots étaient sortis sans qu'il le désire, à mi chemin entre le cri et le grondement ...

Neyrelle avait perçu la différence de ton car, prudemment, elle ne prononçait pas un mot, ne sachant plus si elle parlait à l'homme ou au loup.

Les yeux d'Eldrakyn brillaient d'une lueur encore plus rouge qu'a l'accoutumée. Ses machoires lui faisaient mal, preuve que ses dents s'étaient allongées, devenant crocs.
Il s'aperçut que ses ongles étaient aussi devenus des griffes longues et acérées.
Il ne comprenait pas pourquoi la métamorphose se produisait ... pour la première fois depuis des années, il eut l'impression que le fauve se rebellait, lui imposant la transformation au lieu de la subir.



Il s'adressa à elle, sur une voix que la mutation rendait plus rauque qu'a l'ordinaire :


Tu ne comprend donc rien ... mais qui es tu pour te permettre de nous juger comme cela ? Vouloir rétablir l'ordre dans un pays en ruine est ce une faute ?! Bizzarement, je remarque que tu ne remet jamais en cause la course au trône du coté de ton amie Nahala ... peut être penses tu qu'elle fera une bonne reine ... tu ne t'es jamais dis qu'elle pourrait très bien faire régner une tyrannie, ou alors promouvoir le vol comme état d'esprit ... imagine .... imagine un pays ou chacun vole son prochain ... plus rien n'appartient à personne ... toujours la peur de perdre son bien ... alors la violence pour se défendre .. le paysan arrête de se tuer au labeur car il estime que cela n'a aucun intêret ... le pays sombre encore plus dans la décadence ...

Neyrelle secouait la tête, considérant ces propos comme des inepties.

Je sais que tu ne me crois pas ... et tu as raison, personne ne peut prévenir l'avenir. Je ne fais qu'énoncer de possibles vérités. Mais tu as tort de juger ma volonté comme nuisible ... je ne rêve que d'ordre, de justice, et bien sur .. de puissance ! Un empire sans force ne verra jamais son destin écrit dans les livres d'histoire ... tout les textes que nous lisons du passé ... ce sont les forts qui les ont écris après avoir anéanti les faibles .... ainsi, nous ne pourrons jamais savoir la vérité ...
Je ne fait que proposer l'établissement d'un nouvel ordre qui permettra à notre société de survivre ... et je n'ai pas l'intention de laisser des gens se mettre en travers de mon chemin ...


Neyrelle recommençait à protester de derrière ses barreaux. Sa voix aigue lui vrillait les tympans, allumant des envies de meurtre au plus profond de lui, libérant petit à petit le loup. Il ne devait pas trop rester auprès d'elle s'il ne voulait pas commettre un impair ...

Brusquement, le lycan se jeta contre les barreaux, le visage parcouru de tics, présageant une métamorphose. Il réitéra son avertissement :


Cela suffit ! Je n'ai nullement l'intention de vous faire du mal ... alors pour votre propre bien je vous conseille d'adopter un ton plus calme si vous souhaitez discuter avec moi .. sans cela je sortirai de ces géoles en ordonnant que personne ne s'occupe de vous, à part Léviathan s'il en a envie ... Ai je bien été clair ?

La menace était présente, mais dans ce cas, elle servait plus à protéger la sirène de la fureur du loup ...
Revenir en haut Aller en bas
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Prisonnière des ténèbres.   Ven 20 Fév - 1:37

Neyrelle continuait à pester contre Eldrakyn, y mettant tout son cœur. Soudain, la voix du lycan tonna, étonnement grave, proche du grognement. Neyrelle, surprise et apeurée, s'interrompit. Elle constata alors que les yeux d'Eldrakyn était d'un rouge profond, que ses mains étaient munies de griffes acérées, et elle imagina les dents qui s'allongeaient... Elle frissonna, eut un mouvement de recul. Pour la première fois, elle fut contente que des grilles la séparent du loup en train de se métamorphoser à quelques mètres (centimètres?) d'elle. Lorsqu'il parla, sa voix était encore différente... plus rauque, plus grave... Comment se faisait il qu'il retienne cette transformation? Il parraissait pourtant la contrôler totalement, à l'auberge... Mais Neyrelle cessa de s'interroger sur les mutations d'Eldrakyn, se contenta d'écouter ses paroles. Et de hoqueter d'indignation à la mention des futurs actes de Nahala.

-Nahala... Nahala... tu ne la connais pas! Tu ne PEUX PAS la connaître! Nahala... elle ne ferait jamais ça...

Elle balbutiait, s'efforçant de repousser les dires du lycanthrope. Cela ne pouvait pas être vrai, et ça ne l'était pas! Il essayait de l'influencer... Jamais elle ne le croirait! Neyrelle secouait la tête, fronçant les sourcils. Elle n'eut pas vraiment le temps de reprendre ses convictions, Eldrakyn continuait déjà sa diatribe. Elle ne dit rien d'autre. Peut être pour ne pas provoquer le monstre tapis en cet homme qui lui faisait face. Mais elle continua à fixer les prunelles pourpres qui la regardaient. A ne pas baisser la tête... Jamais. Il continuait à parler... Et au fur et à mesure de ses mots, Neyrelle sentait le doute s'instiller en elle. elle sentait sa morsure, elle le sentait, perfide, retors, s'insinuer dans son esprit, contaminer ses pensées... elle s'obligea à penser à Nahala. Nahala, son amie. Qui jamais ne ferait le mal autant que cet homme, ce loup qu'elle avait en face d'elle! Le mot "puissance" et la mention d'"anéantir les faibles" la confortèrent sur son opinion, lui redonnèrent la stabilité perdue. Cet homme était bien le monstre qu'elle le savait être! Pas un justicier mal aimé, sous la peau d'un loup!

La jeune sirène sentit sa colère revenir. Les mots, également. Elle reprit le flot intarissable de la haine qu'elle éprouvait, elle recommença à crier. Non! Elle ne le croirait JAMAIS! tout n'était que mensonges, tromperies! Jamais elle ne trahirait Nahala... C'était son amie, et elle la suivrait. Pas question de se laisser convaincre par le loup, son ennemi! D'ailleurs, le loup se faisait de plus en plus présent. La métamorphose semblait de plus en plus difficile à contrôler. Et soudain, alors que Neyrelle continuait à parler, le lycan se jeta contre la grille qui résonna sous le coup.
Son visage était agité de multiples tremblements, et il paraissait bien plus effrayant qu'à l'accoutumée.

-Cela suffit ! Je n'ai nullement l'intention de vous faire du mal ... alors pour votre propre bien je vous conseille d'adopter un ton plus calme si vous souhaitez discuter avec moi .. sans cela je sortirai de ces geôles en ordonnant que personne ne s'occupe de vous, à part Léviathan s'il en a envie ... Ai je bien été clair ?

Ça... pour être clair, c'était clair. Neyrelle avait reculé jusqu'au fond de sa cage, proche de la terreur. Malgré ça, elle remarqua qu' Eldrakyn la vouvoyait maintenant. Étrange changement... Qui n'avait aucune importance. Elle était véritablement écervelée... distraite... inconsciente. Un loup garou se retenait à grand peine de la dévorer, et elle ne pensait qu'à analyser ses phrases... n'importe quoi. Cette vérité formulée en pensée, elle se recroquevilla sur le mur du fond, se tenant le plus loin possible du loup. Cette fois, pas question de tenir compte des squelettes qui ornaient le sol. Elle avait d'autres priorités! dont celle, premièrement, de sortir d'ici vivante... Talonnée par l'espoir que Nahala ne viendrait pas... Tout en voulant qu'on la délivre. Complexe. Non, il ne fallait pas que son amie vienne! Elle se débrouillerait seule pour sortir de là... Mais qu'elle ne vienne pas! Qu'elle ne se jette pas dans cette nasse, dans ce piège... Elle ne valait pas ça... Mais une partie de son esprit, la plus rationnelle, lui soufflait que cet espoir là était vain. Connaissant Nahala, elle viendrait. Et elle avait déjà pensé cela quelques instants auparavant...

Son impuissance s'imposa à elle. Neyrelle s'affaissa alors au sol de son cachot. Plus aucune pensée joyeuse, plus aucun espoir ne venait appuyer son esprit tourmenté. Elle avait perdu, d'un coup, toute sa combativité. Une envie de pleurer la saisit au plus profond d'elle même, et elle eut un mal incommensurable à retenir ses sanglots. D'ailleurs, elle n'y réussit pas tout à fait. Finalement, elle releva la tête vers Eldrakyn, affronta le regard du loup qui transparaissait dans ses pupilles. Et murmura un inintelligible accord.

-Oui... Très... Très clair...

Elle ramena ses genoux à elle, les entoura de ses bras. Neyrelle avait froid à présent. Se retenant toujours de laisser éclater son désespoir, Neyrelle enfoui sa tête dans ses bras, resta prostrée ainsi un long moment. Elle attendait qu'il se calme. Qu'il redevienne humain, contrôle le loup qui l'habitait. Ses pensées chaotiques, incompréhensibles, mais présentes, l'empêchaient de trouver la paix qu'elle recherchait. Finalement, la sirène renonça, et laissa ses pensées noires tourbillonner sous son crâne.
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Eldrakyn
Loup-garou
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 18/05/2008
Age : 27
Localisation : Pas loin ...

MessageSujet: Re: Prisonnière des ténèbres.   Ven 27 Mar - 19:45

Oui... Très... Très clair...

La jeune sirène se tenait maintenant prostrée dans un coin du cachot, le visage enfoui dans ses bras.

Le silence était revenu, mais le loup ne se calmait toujours pas, malmenant l'esprit d'Eldrakyn, se débattant pour sortir et croquer l'insolente.


Cette petite sotte nous à manqué de respect ... tu dois la tuer ! Laisse moi sortir et je lui réglerai son compte ...

Elle n'a rien à voir avec tout ça ... ce n'est pas elle notre cible ....

Et alors ? la voleuse n'en sera que plus désespérée à l'annonce de la mort de son amie ... elle sera donc .. plus vulnérable ...

Je refuse de battir mon empire sur la mort d'une innocente ...

Alors tu es un idiot aussi ...

Peut être .... mais je suis ton maitre ...

Eldrakyn devait parler à voix basse car Neyrelle le dévisageait étrangement, se demandant surêment pourquoi son géolier parlait tout seul.
Au terme de cette joute verbale, le jeune lycan réussit à reprendre le dessus sur le loup et retrouva son calme premier, ainsi que son côté plus ... "humain".

Il détailla Neyrelle : celle ci le regardait toujours, mais ces yeux ne semblaient plus exprimer de haine, juste du désespoir, de l'accablement, de la tristesse ... et peut être même un peu de pitié pour lui, le loup, qui devait se maitriser pour ne pas la tuer.

En fait, il réalisa qu'il ressentait de la peine pour elle ... peut être parce que, secrètement, la grâce de la sirène ne le laissait pas indifférent ...
C'est clair que y'a certaine naine violette, niveau grâce c'est pas ça hein ... XD
Mais surtout, elle n'avait rien à voir avec cette histoire, elle n'était qu'un appat, tout juste osait elle avouer qu'elle supportait plus un camp que l'autre ...

Il décida de mettre fin au calvaire de la jeune femme. Eldrakyn s'approcha de la grille et, sous les yeux étonnés de Neyrelle, la dévérouilla avant de lui faire signe d'approcher.


J'ai changé d'avis. Je pense que des appartements vous conviendraient mieux que ce trou à rat le temps de votre détention provisoire ...
Revenir en haut Aller en bas
Neyrelle
Sirène
avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Dans des pensées chaotiques...

MessageSujet: Re: Prisonnière des ténèbres.   Jeu 9 Avr - 17:15

Neyrelle avait ramené sa tête contre ses genoux, pour ne plus voir les sombres parois de son cachot. Pour ne plus voir les prunelles rouges de son ravisseur, pour ne plus penser... Ne plus penser... Ne plus penser... Oublier sa détresse, oublier son désespoir... Le silence l'y aidait. Des bribes de pensées lui parvenaient de temps à autre, mais elle parvenait à les repousser... elle créait autour d'elle une bulle de glace, elle s'enfermait dans une citadelle de vide... Le liant des pierres, le ciment qui les maintenait jointes, c'était le silence. Ne pas le briser, ne pas le briser... Eldrakyn était en dehors de ce monde clos créé par la jeune sirène. Il ne savait pas quel calme y régnait, et ne pensait donc pas à le préserver. Il avait d'ailleurs d'autres problèmes... Ce fut sa voix qui perça, telle une flèche, la bulle de verre. Elle vola en éclats comme si elle n'avait jamais existé. Neyrelle eut un soubresaut en revenant de sa catatonie. Elle releva la tête, cherchant un éventuel interlocuteur...

Mais il n'y avait personne d'autre. Rien que le loup. Ou l'homme. Neyrelle ne savait plus, ce qu'il était... Il se parlait à voix basse, paraissant soucieux qu'elle n'entende pas ses propos... Mais les sirènes avaient l'ouïe fine. Neyrelle entendit le débat entre la bête qui voulait l'égorger et l'homme qui voulait la préserver... Avant même de penser à elle, elle fut fascinée par ce combat intérieur. De l'issue de la bataille dépendait sa survie, mais ce n'était pas à elle qu'elle pensait, à ce moment. Elle regardait Eldrakyn, toute haine momentanément effacée, et elle le trouvait beau. Sans oublier qui il était, sans oublier qu'il voulait tuer Nahala! Mais les yeux rouges qui scintillaient et les efforts qu'il déployait pour se contenir, tout cela captivait la jeune sirène... Elle s'était redressée, s'était accrochée à ses barreaux, et contemplait, avec une émotion digne du pire capharnaüm, son geôlier. Elle avait oublié la haine, et une partie de son désespoir s'était mué en pitié. En pitié pour lui, qui devait repousser les assauts du loup qui l'habitait.

Les paroles du loup l'horrifiaient: comment pouvait on considérer une vie humaine avec autant d'indifférence? Comment pouvait on envisager la mort avec tant de tranquillité? Et si elle ne comprenait pas cette partie de l'être qui se trouvait en face d'elle, elle trouvait à Eldrakyn, l'homme, une force mêlée de douceur qu'elle n'avait pas perçu auparavant, qui ne correspondait pas au personnage... Mais peut être s'était elle trompée... Peut être que l'ennemi juré de Nahala n'était pas si mauvais, si nuisible... Mais les Domaines sauvages! Le descendant de Zann! Il ne pouvait pas non plus être bon... Neyrelle avait entendu son discours, quelques minutes avant... Il voulait le pouvoir par la force, il voulait la domination des peuples d'Almaran'Daëlin... Il fallait qu'elle se ressaisisse.

Mais elle n'y parvenait pas! Sa tête ne lui soufflait plus les paroles raisonnables qui l'aurait sortie de son état. Son corps ne lui répondait plus dans une langue compréhensible... Elle se sentait étrangère à elle même, elle ne savait plus si elle avait raison, si toute sa vie elle s'était trompée... Trop de questions, trop de questions! A force de penser, elle en devenait aveugle. Le monde avait à nouveau disparu devant ses yeux grands ouverts. Ce fut le déclic de la porte qui la ramena à la réalité.

Le loup avait disparu. A sa place se tenait Eldrakyn, redevenu humain, redevenu celui qui troublait la sotte sirène, celui qui la désorientait de façon inexplicable. elle cessa de vouloir se l'expliquer, et lui lança un regard d'étonnement immense, en même temps que d'un peu de frayeur... Que faisait il? Pourquoi ouvrait il la porte? Il lui fit signe d'approcher. Neyrelle hésita, le fixant toujours avec stupéfaction... Puis il s'expliqua brièvement, laissant Neyrelle perplexe. Des appartements? Pour une prisonnière? N'importe quoi. C'était une blaque cruelle, et elle allait se voir à nouveau condamnée à rester parmi les squelettes. Mais la porte était toujours ouverte, et lentement, Neyrelle se redressa, évita les os épars, et sortit de sa geôle. Mais de rester assise, accroupie, courbée pendant trop de temps l'avait engourdie, et elle vacilla sur ses jambes. Le sol se mit à tourner, et elle trébucha sur on ne sait quoi, avant de se rattraper. De se rattraper à Eldrakyn... Le contact des vêtements et de la chaleur d'un corps à la place de la froideur de la pierre et du choc au sol la surprit tant qu'elle se rétablit vivement. Encore quelques secondes, et elle était stable sur ses jambes. elle planta son regard bleu océan dans les prunelles d'Eldrakyn, puis murmura:
-Pourquoi?

_________________

L'Innocence voudrait bien aimer tout le monde, Tyrannie, Avidité, et Mort. Une vraie chieuse!
Merci à Bourgeon, dessinateur de talent, pour le prénom de ma sirène.
Puissent les mers et leurs étoiles vous protéger...
Revenir en haut Aller en bas
http://almaran-daelin.forum-actif.net
Eldrakyn
Loup-garou
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 18/05/2008
Age : 27
Localisation : Pas loin ...

MessageSujet: Re: Prisonnière des ténèbres.   Sam 11 Avr - 23:52

Le regard bleu océan se planta dans celui couleur de feu ...

Eldrakyn plongea dans ce regard plein de questions, s'y noyant presque.

Pourquoi ... pourquoi la sirène le troublait t'il tant ... au point de ne plus contrôler sa mutation ... que lui arrivait il ...

Pour la première fois, il se sentait perdu, ne comprenant pas ce qui lui arrivait. Le contact avec la jeune femme l'avait troublé plus qu'il ne l'aurait voulu ...


* C'est peut être ça l'amour patron ... * lui aurait soufflé cet abruti de Léviathan s'il avait été présent ...

Allons, comme s'il pouvait tomber amoureux ...

Et pourtant, le regard bleu qui restait accroché au sien le laissait sans voix.

Alors qu'il allait répondre, le loup essaya de s'interposer :


TUE LA !


La voix résonna douloureusement dans l'esprit d'Eldrakyn.

Son cerveau allait éclater ... ça n'était pas possible ... le loup allait le tuer là, sur place, devant Neyrelle.


Allons, pourquoi essayes tu de dominer ta vraie nature ... tu ne souhaites qu'une chose, goûter cette chaire juteuse ...
Non je refuse de lui faire du mal ...
Et voila que tu tombe amoureux ! C'est pitoyable ... je vais m'en charger moi même alors ...

Il sentit la transformation arriver. Ses dents s'allongèrent, et le regard de Neyrelle se fit voilé, comme si elle se résignait à être dévorée ...

Tu ne la touchera pas !
Il tremblait à présent, sous l'effet de la bataille interne qui se jouait en lui. Lentement la transformation reculait, le laissant redevenir un homme.

Soit ... tu es le plus fort ... mais méfie toi ... je serais tenté de réapparaitre au moment ou tu t'y attend le moins ...

Sur cette dernière mesquinerie, l'esprit du loup se retira, le laissant affaibli, essouflé par la lutte qu'il venait de mener.

Pourquoi me dites vous ? ... Je n'ai pas de vrai raison à vous donner ... peut être votre présence en ces cachots dérange t'elle vos autres compagnons d'os ...

Il la fit sortir des géoles, l'accompagnant jusqu'a des appartements simple. Il ne verrouilla pas la porte, sachant que les squelettes de Léviathan veillerait à ce qu'elle ne s'échappe pas.

De plus, un instinct obscure lui souffla qu'elle n'essayerait pas de s'échapper.

Le loup l'ayant trop affaibli, il rejoignit une pièce qu'il s'était attribué comme chambre, et s'effondra sur son lit, les yeux perdus dans les fissures du plafond, récupérant petit à petit ses forces ...

* Neyrelle ... *
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prisonnière des ténèbres.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prisonnière des ténèbres.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» Au coeur de ces ténèbres-là
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» L'héritier des Ténèbres || Forum RPG
» L'escadron des ténèbres !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Almaran'daëlin :: Domaine Sauvage :: Le Château de Zann :: Les Oubliettes-
Sauter vers: