Almaran'daëlin

Almaran'daëlin est un monde peuplé d'innombrables créatures. Des elfes, des vampires, des humains, des sirènes...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...

Aller en bas 
AuteurMessage
Nelmet Sami'yald
Dhampir
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...   Dim 5 Avr - 20:36

[HRP : Sujet libre, vient qui veut]

La nuit était d’une noirceur terrible. La lune d’ordinaire si présente était masqué par une panoplie de nuages, tous plus sombres les uns que les autres. La pluie avait fait rage presque toute la journée, masquant ainsi la moindre lueur du soleil. Mais heureusement pour l’inconnu qui errait dans la plaine, il n’avait pas plu a en détremper le sol. Sinon, il aurait été tout aussi bien que dans les marécages et il détestait ce lieu. Il avait constamment l’impression d’avoir une masse de trente tonnes sur ses pieds, et c’était tout sauf plaisant.

Réajustant sa cape, le Dhampir retint un soupir de lassitude. Il s’ennuyait. Il n’avait rien fait de plaisant depuis un long moment. Il fallait dire qu’il n’y avait rien de plaisant à faire dans ce coin délabré. Juste s’assuré que les bestioles sauvages ne le prennent pas comme un repas potentiel, ce qui serait bien dommage, du moins selon l’adulte qui se promenait.

* Saleté de coin paumé sans occupation ! *

Ecoutant en silence les bruits nocturnes qui avaient pris place dans la région depuis déjà quelques heures, l’être à l’apparence juvénile retira enfin sa capuche, laissant apparaître un visage dont les traits semblaient à peine avoir franchi la vingtaine d’années. La pâleur de son visage se devinait à peine, à cause de la noirceur environnantes, masquant aussi son étrange chevelure, mélange de noir, de violet et de blanc. De même pour sa tenue, noire, on pouvait juste deviner qu’il était emmitouflé dans sa cape, mais le reste de sa tenue était en majeure partie cachée par la dite cape.

S’arrêtant dans la lande, Nelmet poussa un soupir de lassitude. Il s’ennuyait… C’était inhumain de s’ennuyer autant. Il devait bien y avoir quelque chose à faire pour s’occuper ! Autre chose que de compter les jours qui s’écoulaient. Bon sang de bon soir !

* Nelya, t’es mignonne, mais là, un rat mort s’éclate plus que moi ! *

Laissant son regard argenté erré sur l’étendue qui lui faisait face, le Dhampir finit par s’asseoir à même le sol. Quitte à s’ennuyer, autant s’ennuyer assis, c’était moins fatiguant pour ses jambes. Même s’il devait l’admettre que rester une cible assise ne le tentait pas réellement. Mais à quoi bon continuer son errance, il n’avait au final nul part ou aller. Fermant les yeux, le demi-vampire laissa ses oreilles à l’écoute, pour ne pas se faire attaquer par derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Kaedia Taalam
Humain
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 25/06/2008
Age : 29
Localisation : Là où vous n'êtes pas

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...   Lun 20 Avr - 23:21

[ Eh bien, je viens ! =) ]

Kaedia ne savait plus vraiment comment elle s'était retrouvée là.

Autour d'elle, rien ne ressemblait aux paysages qu'elle avait l'habitude d'observer : tout n'était que déserts rocailleux et autres landes dépourvues de verdure. Elle qui avait grandi dans la luxuriante forêt de Kervael, se retrouver dans un tel endroit relevait presque du cauchemar. Elle connaissait ces lieux de nom seulement... Galanos lui en avait parlé. Le territoire du terrible Zann... Les Domains Sauvages ! Mais après tout, ce lieu n'était-il pas le plus propice à retrouver les assassins de sa famille ? Ces plaines devaient grouiller de mercenaires, meurtriers et autres énergumènes peu sympathiques. Enfin, pour l'instant, seul le vent soufflait sur la plaine aride et désertique. Aucun être vivant ne s'y trouvait ! Toutefois, Kaedia se mit à penser aux rumeurs qui couraient sur cet endroit... ses monstres assoiffés de sang et prêts à tout pour vous arracher un bras. Elle frissonna à l'idée d'en croiser sur son chemin. Mais elle devait se ressaisir ! Elle était une battante ! Elle saurait en découdre et leur montrer à quel point elle pouvait être douée avec une épée !

Alors que la nuit était tombée tristement et doucement sur ces landes abandonnées, que les deux lunes jouaient à cache-cache derrière les cumulus grisâtres, Kaedia continuait de poser un pied devant l'autre.. Tant pis, elle ne se reposerait pas cette nuit-là. De toute façon, elle n'aurait certainement pas réussi. Qui pourrait dormir dans un tel endroit ?! Il faudrait être fou ! La nuit devenait de plus en plus sombre et sa noirceur en était presque palpable. La jeune fille se sentait de plus en plus mal à l'aise et regrettait de s'être aventurée sur ces terres. Certes, elle se devait de retrouver les assassins et de venger la mort de ses parents... mais peut-être aurait-elle du attendre un jour, non ? Elle n'avait pas vraiment envie de devenir le repas d'une bête féroce et la victime d'un fou furieux. Pour tenter de calmer ses nerfs à vif, elle laissa ses souvenirs heureux d'enfance remonter à la surface. Elle se rappela des longues soirées d'hiver que la petite famille passer au près du feu. Elle se remémora le salon, avec ses fauteuils en tissu, bourrés de paille et foin, et lorsqu'on s'y asseyait, on s'enfoncait mollement dans les coussins... C'était si confortable que Kaedia s'y était endormit plus d'une fois ! Face à ces moelleux sofas se dressait l'élément dont le père de Kaedia était le plus fier : la cheminée. En effet, ses moulures étaient simples mais à la fois si magiques ! Pirald était un fin artisan et il savait créer de ses mains de magnifiques sculptures. Il était parvenu à représenter des elfes, des lutins et autres créatures mythiques pour décorer l'âtre. Durant les soirées hivernales, Kaedia et les autres s'étendaient paresseusement dans les fauteuils face au foyer où de grosses bûches se consumaient et permettaient ainsi de réchauffer l'ensemble de la pièce. Ainsi installés, ils écoutaient intensément leur mère raconter des récits merveilleux peuplés de héros sans peur et sans reproche et de divines créatures mythologiques.

Avec ses joyeux souvenirs en tête, Kaedia retrouva le sourire et surtout le courage de continuer. Elle redoubla l'allure afin de se réchauffer, car la nuit était plutôt fraîche. Ses pieds effleuraient le sol humidifiée par la longue journée pluiveuse qui avait précédé. Elle essayait de rester légère et discrète car le silence de la nuit semblait amplifier chaque son, si infime soit-il. Soudain, alors que l'adolescente creusait encore dans sa mémoire afin de pêcher d'autres plaisants restes de son enfance, son coeur fit une embardée. Là, à quelques dizaines de mètres, elle aperçut une silhouette... Elle avait tout d'abord cru qu'il s'agissait d'un rocher mais en s'approchant, elle remarqua que cette découverte avait une forme plus ou moins humaine... ou plutôt, d'être vivant. Il pouvait très bien s'agir d'un animal sauvage ! Elle hésita entre partir en courant ou rester plantée là. Mais finalement, elle n'opta pour aucune de ces solutions et se décida à s'approcher silencieusement. Elle n'était plus qu'à quelques mètres, mais la personne ou... la chose lui tournait le dos. En fait, elle semblait être endormie... Elle contourna légèrement cet obstacle afin de se placer en face et se rapprocha un peu plus. Elle dégaina lentement une de ses deux épées accrochées à son dos et la pointa devant elle, comme pour prévenir toute éventuelle attaque. Enfin, se tenant à peine à deux mètres de la personne assise (cette fois, elle était sûre, après une observation assidue, que cet individu était humain et même... humain mâle), elle lui adressa la parole, ne sachant même pas s'il était éveillé ou non.

"J'aimerais savoir qui vous êtes ! Et ce que vous faites, assis, sur ces landes défraichies..."

Elle restait méfiante et interdite face au visage calme de l'homme. Elle qui se demandait comment l'on pouvait se reposer dans un tel endroit, ce quidam n'avait aucun mal à rester les yeux fermés.
Revenir en haut Aller en bas
http://world-underground.forum-actif.net/
Nelmet Sami'yald
Dhampir
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...   Jeu 23 Avr - 22:07

[Ouaaaaaais ^o^ Merci]

Certaines choses apparaissaient à vitesse grand V, et l’ennui en avait fait parti. Avant, il n’aurait jamais eu le temps de s’ennuyer, ou même d’avoir cette pensée. Mais avec sa liberté, il avait brutalement appris aussi l’ennui, la faim et le besoin d’argent constant. Décidément, l’apprentissage ne s’arrêterait pas maintenant, même s’il apprenait bien moins que par le passé. Surement par manque d’envie de sa part. Le seul bon professeur qu’il avait eut n’avait été que Nelya. C’était la seule qui avait su l’attirer tant. Certes, il n’avait pas trop rechigné à apprendre le maniement des armes, mais le professeur n’arrivait pas à la cheville de sa sœur. Pour le dhampir qu’il était devenu, Nelya serait toujours la meilleure. Qu’importe les années passées, depuis qu’il l’avait tué, il continuait à penser fréquemment à son aînée. Au moins, elle reposait en paix, désormais.

Secouant la tête pour chasser les pensées sombres qui commençaient à venir le voir, le jeune être se redressa lentement en entendant des bruits de pas. Il avait trop été formé pour les entendre, qu’il n’avait pas pu loupé la démarche bruyante de ce qui arrivait. Pas suffisamment rapide pour un animal sauvage qui aurait eu l’idée de le prendre pour son futur repas de la nuit. Il aurait bien pu se relevé rapidement et faire face à ce qui arrivait, mais il n’en avait aucune envie. Certes, cela pouvait être une attitude dangereuse, mais dégainé les armes avaient été son habitude par le passé et cela n’avait pas toujours été une grande réussite. Alors être un peu plus prudent ne serait pas si nuisible, n’est-ce pas ?

Laissant la personne s’approcher de lui, Nelmet l’analysait sans grand remord. Après tout, il ne perdrait jamais l’ensemble des habitudes qu’il avait acquis enfant. Le pas était presque silencieux. IL ne faisait qu’un léger bruissement qui n’aurait pas été perçu s(il y avait eu un peu plus de bruit alentour. Mais le silence nocturne n’était pas à l’avantage du promeneur. Quoique, ni lui, ni l’autre ne savait réellement qui était en face. Cela pouvait être un adorable bambin au mental de tueur en série, ou bien un affreux monstre au cœur d’or. L’apparence pouvait être si trompeuse. Il devait avouer qu’il avait joué avec la sienne autant qu’il le pouvait. Il ne s’en était pas privé dans le passé, et continuait encore à le faire si le besoin s’en faisait ressentir.

Redressant l’oreille en entendant un bruit métallique, le dhampir retint un soupir. La méfiance était donc totalement de mise. Mais il avait un inconvénient majeur pour le moment. Même deux, il n’avait pas tiré son épée, qui restait dans sa protection, et surtout, il était assis. Ce n’était pas le genre de situation très plaisante, mais au moins, elle changeait de d’habitude, et il l’admettait volontiers. Sans rouvrir ses yeux clos, le mercenaire esquissa un petit sourire en tendant la voix. Une demoiselle ?

"J'aimerais savoir qui vous êtes ! Et ce que vous faites, assis, sur ces landes défraichies..."

La question n’avait rien de supprenante, elle était même normale et légitime. Enfin si on n’était pas tellement d’ici. En dehors, on se promenait ou on voulait, et on évitait de trop traîner dehors à la nuit tomber, pour éviter garous et vampires. Sauf que lui…il s’en fichait… un peu…

« Allons demoiselle, il n’est pas prudent d’être si agressive en ces lieux. Nul ne sait comment autrui réagira. Pour répondre a vos interrogations, je suis un simple passant nocturne qui s’ennuie. »

Se relevant dans un mouvement souple, le jeune être ouvrit lentement ses yeux, laissant son regard argenté se poser sur son interlocutrice. Il faisait bien trop sombre pour avoir une vision détaillée de son interlocutrice, mais à ne pas douter, elle était plus jeune que lui, et il ne pensait pas qu’à son âge réel. A peine la fin d’adolescence, menue et pas très grande. Qu’est-ce qu’elle fichait ici ? Et surtout à menacer quiconque se trouvant sur sa route. Ce n’était pas comme s’il était si effrayant que cela. Il avait à peine une apparence de nomade. Mais le fait d’être la nuit pouvait lui porter préjudice… Tout comme à la demoiselle.

« Et que fais donc une jeune demoiselle en ces lieux peu surs et rassurants après la tombée du soir ? »

Oui, il était curieux. Peut-être était-elle un danger à venir, mais pour l’instant, elle l’intriguait suffisamment. Sans un bruissement de vêtements, le mercenaire laissa sa main se poser sur la garde de son arme. Mesure de sécurité. Surtout qu’elle avait sorti l’arme facilement. Rien ne pouvait être dit avant plus d’informations. Pour l'instant, il attendait sa réaction, face à sa réponse des plus vagues -trop en dire n'était que suicidaire- et savoir si elle répondrait à sa question ou non. Tant qu'elle n'essayait pas de l'agresser, tout devrait aller... normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Kaedia Taalam
Humain
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 25/06/2008
Age : 29
Localisation : Là où vous n'êtes pas

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...   Ven 24 Avr - 21:24

Etrange... voilà le premier mot qui venait à Kaedia lorsqu'elle regardait ce jeune homme. Il avait répondu à sa question tout en gardant les yeux fermés. Il fallait vraiment qu'il se sente à l'aise... et qu'il ne ressente aucune peur en ce qui concerne cet endroit glauque. De plus, il n'avait pas l'air d'avoir songé un seul instant que Kaedia aurait pu être une folle furieuse qui l'aurait attaqué sans préavis. Peut-être qu'au son de sa voix, il en avait déduit qu'elle ne représentait pas un réel danger. Mais c'était fou de sa part ! Se fier ainsi aux autres... Enfin, peut-être se fiait-il plutôt à son instinct et à sa capacité d'agir rapidement ?! Toujours était-il que la jeune adolescente trouvait ce personnage singulier ! Par ailleurs, la réponse qu'il avait fourni à sa question ne lui plaisait guère. Il n'avait donné aucune information précise. Avec ce genre de réplique, il donnait plutôt l'air de se moquer d'elle. Il voulait certainement préserver un certain mystère autour de lui... pour plus de sécurité. Finalement, il se méfiait peut-être. Mais sa réponse vague le rendait encore plus intriguant.

Afin de vérifier sa première opinion, elle tenta d'examiner en détail son interlocuteur. Mais la nuit sombre ne facilitait pas sa tâche, ainsi que les nuages cachant les deux lunes. Un peu de lumière aurait été la bienvenue, mais elle devait se contenter de l'observer en silence dans les ténèbres de la nuit. Cet individu ressemblait, sans aucun doute, à un être humain... Au moins, une chose dont elle était sûre... Mais était-ce si rassurant ? A priori, il semblait de taille moyenne. Mais Kaedia ne pouvait pas vraiment se représenter ses vêtements, l'ombre l'en empêchait. Elle ne put pas, non plus, détailler son visage... Il paraissait toutefois assez jeune et sa peau claire luisait dans la nuit. Elle ne pouvait voir la lueur de son regard, ses paupières étant toujours closes. Et pourtant, le regard en disait si long sur une personne... Ah ! Que c'était frustrant de ne voir clairement à qui l'on avait affaire ! C'était à la fois troublant et angoissant ! Malgré elle, Kaedia sentait la peur la gagner. Cet homme pouvait être n'importe qui... n'importe quoi... Un fou en liberté, un meurtrier qui attend sagement l'heure du crime... ou encore une de ces créatures des plus étranges et des plus terribles qui peuplent les contes ! Pourquoi avait-elle pénétré dans ces lieux maudits ?! On racontait tellement d'histoires horribles dessus... Peu de gens en sont ressortis vivants, après s'y être aventurés en plein nuit, non ?! Peut-être que dans quelques instants, elle ne serait plus de ce monde, après qu'il se soit jeté sur elle pour lui arracher le coeur... Non non non, elle devait se ressaisir, et ne pas céder à la panique. Paniquer... mais paniquer, c'était réservé aux plus faibles ! A ceux qui n'arrivaient pas à surmonter leurs frayeurs. Elle, Kaedia Taalam, saurait montrer son courage ! Pour confirmer ce mode de pensée -et aussi pour se rassurer-, la jeune blonde empoigna encore plus fermement son épée. Elle serra le pommeau si fort dans sa main, que ses phalanges virèrent au blanc.

Elle respira calmement pour sentir le sang chaud, qui s'était figé quelques instants auparavant, couler de nouveau dans ses veines. Elle sentit son pouls battre à un rythme plus régulier... Elle se sentait vivante ! C'était bon signe, d'ailleurs, que cet inconnu ne l'ait pas encore attaqué. S'il souhaitait réellement lui nuire, il l'aurait déjà fait. Elle ne devait pas prendre peur, mais plutôt raisonner sereinement. Rester sur ses gardes, c'était nécessaire. Donc, elle ne rangerait pas son arme avant de s'être assurée que tout danger était écarté. Quoique dans ce genre d'endroit, c'était un peu utopique. Elle ne bougea pas d'un cil, sa lame toujours pointée devant elle et regarda le jeune homme, à l'apparence ténébreuse, se relever lentement. Cette nonchalance l'agaça quelque peu. Alors qu'elle avait été sur le point de céder à une intense angoisse, lui ne semblait pas le moins du monde bouleversé. Elle mit cela sur le compte d'un trait de personnalité indolent... ou indifférent. Après tout, peut-être avait-il traversé de pires endroits et sûrement avait-il eu pire rencontre qu'une jeune blonde impertinente avec une épée. Ce qui la dérangea également, c'était l'appellation qu'il avait utilisée pour l'interpeller. "Demoiselle"... certes, elle en était une... Mais, selon Kaedia, ce terme se réservait plutôt à des donzelles, enfermées dans une tour à attendre leur prince charmant. Elle n'était pas une "demoiselle", mais une battante, une vraie !

Elle n'allait pas se démonter pour si peu, foi de Kaedia ! Puisqu'il se montrait si mystérieux, elle allait faire de même. Tout en plantant ses yeux vert émeraude dans ceux du jeune homme, d'un air froid et déterminé, elle répondit à sa question :

" La jeune demoiselle n''est pas effrayée par ces lieux peu sûrs et peu rassurants... "

* Enfin, un peu quand même * songea-t-elle, en esquissant un demi-sourire pour elle-même.

" Et la jeune demoiselle pense à venger des morts... ce qui est idiot puisqu'ils sont morts... mais toute vie a besoin d'un but... Ainsi, la jeune demoiselle recherche des âmes damnées et coupables. "

Elle fit une légère pause, lui sourit, tout en restant extrêmement méfiante.

" Mais dites-moi... Personne ne peut être qu'un simple passant ennuyé dans ce genre d'endroit lugubre... Il vous faut forcément un intérêt, une ambition, une intention... "
Revenir en haut Aller en bas
http://world-underground.forum-actif.net/
Nelmet Sami'yald
Dhampir
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...   Dim 21 Juin - 21:15

Nelmet était un cas spécial. Mais il ne prêtait jamais attention à ce comportement qui pouvait tant déstabiliser les autres. Après tout, ce n'était à son goût qu'un détail mineur qui ne méritait pas qu'il s'attarde dessus à longueur de temps. Non pas qu'il fasse confiance aux autres, plus qu'il faisait confiance à ses oreilles... Jamais un assassin n'aurait une telle démarche. Certes, après, il y avait cet écart entre l'être et le paraître, mais il y avait toujours deux trois signes qui laissaient savoir ce qu'était réellement la personne en face.

Et puis ce n'était pas comme s'il ne craignait rien. Après tout, il ne portait pas une si grande attention que cela à sa propre vie. Il n'y avait jamais réellement fait très attention, surement parce qu'il ne poursuivait aucun but réel dans cette vie. Ce n'était pas comme si une panoplie de choses l'intéressaient dans ce bas monde. En fait, il n'y avait rien de si palpitant... Il ne comprendrait jamais ce que les gens pouvaient trouver de plaisant à être en vie. Cela n'avait rien de si palpitant et de si original.

Ouvrant tranquillement ses yeux, l'apparent jeune homme, se mit à observer la jeune inconnue qui venait l'interrompre pour commencer une causette. Elle n'était pas spécialement effrayante à observer, mais dieu seul savait le fin fond de ses pensées. Laissant son regard trainé sur la demoiselle qui lui faisait face, le dhampyr ne semblait pas motivé pour bouger davantage. Seul sont regard argenté se promenait sur la personne qui avait interrompu le cours de ses pensées.

Elle paraissait encore jeune, tout du moins sur l'aspect physique. Mais il savait combien l'apparence était trompeuse. Lui même paraissait jeune, alors qu'il avait déjà bien plus d'années que ce qu'elle pouvait imaginer. Certes, il était bien loin de la longévité complète de ses parents vampires, mais si c'était pour être le dernier des idiots imbus de soi même, ce n'était pas utile d'être vieux. De toute façon, les vampires étaient des idiots par définition même.

Armée d'une lame, la demoiselle ne l'impressionnait guère. Surement parce qu'il avait croisé pire être qu'une simple demoiselle. Certes, elle pouvait se montrer mauvaise et dangereuse, mais s'il en jugeait par la tenue de l'arme, elle ne serait pas si dangereuse. Certes, elle savait visiblement manier l'arme qu'elle tenait entre ses mains. Mais de là à être une fine lame, il y avait un fossé. Le fait qu'elle conservât sa lame ne faisait que prouver qu'elle ne venait pas d'ici. Certes, les quatre-vingt dix-huitième des personnes peuplant cette région était tous plus stupides les uns que les autres et tous plus sanguinaires. Mais se promener avec une arme dégainée n'avait rien de prudent. Puisqu'ils considéreraient cela comme un affront et ne feraient que de riposter et d'attaquer. Ce n'était pas ce qui le ferait aimer plus ceux qui vivaient ici.

Se relevant tranquillement, le jeune être délaissa ses pensées pour écouter ce que racontait son interlocutrice. Un fin sourire amusé naquit sur ses lèvres lorsqu'il entendit sa première réponse. Etrangement, il n'en croyait pas le moindre mot. Elle n'était pas d'ici, et les ragots trainant sur cette région dépeignait le côté horrible et hideux des être la hantant. Il n'aimait pas réellement les autres régions, surement parce qu'elles contrastaient trop avec sa région natale. Mais il ne l'aimait pas davantage. Elle était moche, sombre et mal fréquentée.
La suite du discours ne le fit que repenser à lui. Son passé, ce qu'il avait fait... Au fond, avait-il eu raison ? Est-ce qu'il avait eu raison de venger sa soeur ? Il le savait que sinon, il aurait été enchaîné à cette vie méprisable de servitude. Mais le goût de la vengeance avait été fade, et la vie n'avait plus rien eu d'attrayant après ce geste.

« Et que ferez-vous, une fois votre vengeance accomplie ? Saurez-vous continuer à vivre votre vie, avec du sang sur vos mains ? Pourrez-vous seulement trouver le courage ou la stupidité nécessaire à ce geste ? »

Les questions pouvaient paraître stupides. Mais il ne doutait pas un instant qu'elle connaissait les réponses à ces questions. Sans quoi elle n'aurait pas entreprit ce périple, et encore moins dans ces lieux hostiles. Mais aurait-elle le cran nécessaire pour le faire, ou même tout simplement survivre à une telle rencontre. Le monde ici était sanglant, il le savait depuis longtemps. Il avait eu les mains trop souvent tachés de ce liquide carmin pour se poser ces questions-là quand il avait froidement tué son père. Mais maintenant que le temps s'était écoulé, il restait les doutes et les remords.

« Certains choix vous poussent à perdre ce qui étaient vos ambitions et vos désirs. Quand la vie n'est que noirceur, les ambitions et les désirs n'y ont pas leur place. Je vous l'ai dit, je ne suis qu'un voyageur qui s'ennuie. »
Revenir en haut Aller en bas
Kaedia Taalam
Humain
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 25/06/2008
Age : 29
Localisation : Là où vous n'êtes pas

MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...   Sam 11 Juil - 17:50

Scepticisme. Voilà le mot qui résumait l'état d'esprit de Kaedia en cet instant. Invraisemblance était celui pour décrire la situation. Que de mots ! En clair, la jeune adolescente ne savait plus quoi penser. Pour être spécial et étrange, son interlocuteur l'était ! Aucun doute là-dessus ! Et pourtant, qui sait combien d'autres créatures encore plus insolites rencontrerait-elle ou même avait-elle rencontré ?! Entre un centaure, une fille à la peau bleue une autre gris-bleu, un homme au teint pâle et un loup -garou... Elle n'était pas une novice en terme de bizarrerie ! Mais tout du moins, ces quidams lui avaient sorti des phrases sensées et plus explicites... Quoique, le centaure, dans son genre, il n'était pas mal non plus pour ce qui était du mystère. Pourquoi dans ce monde tous les individus jouaient-ils aux devinettes et affectionnaient particulièrement les énigmes ?! Ils avaient tous passé un pacte ou quoi ?

Ce qui commençait à l'agaçait sérieusement dans l'attitude de ce personnage des plus singuliers, c'était sa nonchalance. Bien entendu, Kaedia concevait tout à fait l'idée de son apparence candide et inoffensive... et donc que cet homme ne se trouvait pas le moins du monde effrayé par son apparition. Toutefois cette insouciance l'énervait. Ce n'était pas le sentiment qu'elle aurait souhaité susciter chez un inconnu, dans un lieu désert et sordide. Et il était très mauvais pour la jeune fille de jouer avec ses propres nerfs, alors qu'elle se trouvait déjà à fleur de peau, irritée par la fatigue et son manque de sommeil. Pour se calmer, elle le vrilla de ses pupilles vertes. Il l'observait calmement, posément. Elle leva les yeux au ciel et tenta désespérément de chercher le secours des deux lunes, mais celles-ci se trouvaient toujours dissimulées derrière ces satanés nuages ! Elle reporta son attention sur le jeune homme tandis qu'il répondait à ses questions. Enfin, répondre était un bien grand mot ! Il éludait plutôt ! Il posait lui-même des questions et émettait quelques phrases pour le moins incompréhensibles pour la jeune blonde. Avec ces belles paroles, elle n'était pas plus avancée dans ses réflexions et son opinion qu'elle portait sur cet individu.

Elle fit une moue indescriptible tout en considérant mûrement les paroles de l'homme. Elle ne pouvait voir correctement son visage. Néanmoins, un mince rayon ivoire d'une des deux lunes avait réussi à transpercer le cumulus qui lui obstruait la vue et permit à Kaedia d'apercevoir quelques traits de ce spécimen. Il paraissait aussi jeune qu'elle l'avait pensé au départ et arborait une tignasse étrange (à l'image de sa personnalité tout entière d'ailleurs) parsemée de mèches colorées noires, violettes et blanches... Ses yeux paraissaient plutôt pénétrants mais rapidement ils disparurent à nouveau derrière le voile de la nuit. Elle put remarquer également qu'il était habillé de noir de la tête aux pieds. Dans tous les cas, son aspect physique s'accordait à la perfection avec son comportement. Elle laissa planer le silence quelques instants, haussa les épaules et répondit évasivement :

" Sans aucun doute ! Le sang, ça me connaît... Vous pouvez me croire. "

L'expression "ça me connaît" qui avait traversé ses lèvres avant même qu'elle ne songe réellement à son sens fit apparaître immédiatement à son esprit l'image de Cilan. Quelle famille ! Elle parvenait toujours à faire irruption aux mauvais moments. Aucun respect pour les vivants qui tentent de sauver leur mémoire ! Mais elle le voyait nettement, assis auprès de son coffre à jouets façonné par les mains de son père. Il jouait avec son petit train en bois. Vous savez, il s'amusait à la scène "Attaque du train", que les enfants aiment beaucoup représenter. Sauf que lui, il ne la reproduisait pas de la même façon. Les voyous étaient assis à l'intérieur même du train, comme tout autre passager et paraissaient même être les compagnons les plus agréables du voyage. Lorsque Kaedia, étonnée, lui avait demandé pourquoi ces bandits se comportaient comme cela, Cilan lui avait répondu : "La meilleure attaque, comme la meilleure défense, c'est de faire paraître son innocence et son inoffensivité." Enfin, il n'avait pas dit ses phrases mêmes, étant donné qu'il était très jeune. Mais Kaedia les avait compris dans ce sens.

La jeuen adolescente observa encore attentivement son interlocuteur. Un demi-sourire indéfinissable se dessina sur son visage, avant qu'elle ne baisse son arme. Finalement, elle rengaina son épée, posa ses mains sur ses hanches avant de rompre une fois de plus le silence :

" Kaedia Taalam, fille de paysans, orpheline. " Elle lui tendit la main, tout en le scrutant de son regard d'émeraude.
Revenir en haut Aller en bas
http://world-underground.forum-actif.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenons nous dans les bois, tant que le loup y est pas...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons-nous dans les bois, tant que la nuit n'est pas là.... oups, trop tard ! || Neil J. Smith
» [Défi] Promenons nous dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Almaran'daëlin :: Domaine Sauvage :: Les Plaines de Zann-
Sauter vers: